RMC Sport

Larqué: "Platini et Zidane étaient les héritiers de Raymond Kopa"

-

- - -

Emu par le décès de Raymond Kopa contre qui il a joué avec l’AS Saint-Etienne, le membre de la Dream Team, Jean-Michel Larqué, salue la mémoire de l’ancienne légende du Stade de Reims, du Real Madrid et de l’équipe de France.

Jean-Michel Larqué, que ressentez-vous après la disparition de Raymond Kopa ?

C’est une grande figure du football français qui est partie. C’est le premier footballeur français qui a permis à notre nation d’être connue sur la planète foot. Outre le fait qu’il ait eu le Ballon d’Or, il a été un extraordinaire ambassadeur de notre pays, au travers de l’équipe de France. Avec ses copains du Stade de Reims, il l’avait menée à la 3e place de la Coupe du monde 1958 en Suède. Et puis il avait été l’une des pièces maîtresses du Real Madrid à l’époque où le Real dominait de la tête et des épaules le foot européen en inscrivant son nom au palmarès des cinq premières éditions de la fameuse Coupe d’Europe des clubs champions.

A lire aussi>> Raymond Kopa, la légende du foot français, est décédé

Il a marqué l’histoire du football ?

Incontestablement. En 1958, il s’agissait de la première Coupe du monde retransmise en eurovision. Pas en mondovision. Il y a eu deux grands événements à la télévision entre 1952 et 1958 : il y a eu le sacre de la Reine d’Angleterre et la Coupe du monde. Ça n’avait rien à voir avec ce que l’on peut voir aujourd’hui mais c’était une révolution. Kopa a été le premier football planétaire.

Quels souvenirs gardez-vous de sa carrière ?

Des matchs de l’équipe de France, des dribbles… Cela ne me rajeunit pas. J’étais un jeune débutant de 19 ans. Je jouais avec l’AS Saint-Etienne. En 1966-1967 j’ai joué contre Raymond Kopa. Le Stade de Reims était en grande souffrance à cette époque. J’ai des images de matchs des Bleus contre l’Espagne qui nous battait régulièrement et Kopa avait été exceptionnel. J’ai des images de Coupes de France, et puis celle d’un papa qui a eu un grand malheur avec la perte d’un enfant. Le Petit Napoléon portait bien son nom. C’était le papa des futurs grands numéros 10. Michel Platini et Zinedine Zidane étaient les héritiers de Raymond Kopa.