RMC Sport

Le Graët : "L’Euro est maintenu", France-Russie aussi

-

- - AFP

Quelques heures après les attentats ayant frappé Bruxelles, le président de la FFF, Noël Le Graët, a déclaré à RMC que la tenue de l’Euro 2016 (10 juin – 10 juillet) n’était pas remise en cause. Idem pour le match amical de mardi au Stade de France face à la Russie.

Interrogé par RMC Sport ce mardi, quelques heures après les attentats perpétrés à l’aéroport et dans le métro de Bruxelles, Noël Le Graët, président de la FFF, assure que l’Euro 2016 de football, organisé du 10 juin au 10 juillet en France « est maintenu » à ce jour.

France-Russie également maintenu

Pas question d’annuler non plus le match amical contre la Russie, programmé mardi 29 au Stade de France, avec « tout le dispositif de sécurité » nécessaire.

Une sécurité accrue dans le métro pendant l’Euro 2016 ?

Invité de Luis Attaque ce mardi sur RMC, « Jo » Querry, ancien chef de l’unité coordination anti-terroriste et chargé de mission lors de la Coupe du monde 1998, estime que la sécurité devra être poussée à l’extrême dans les transports lors de l’Euro 2016. Pour lui, la principale crainte d’un attentat se déroule dans le voyage vers les stades, plus que dans les stades eux-mêmes. « Je pense qu’à l’intérieur des stades il n’y a pas de crainte à avoir, explique-t-il. (…) Dès lors que vous aurez passé le premier puis le deuxième contrôle, la tension baissera et la sécurité sera assurée. C’est avant, pendant le transfert et le trajet dans le métro. L’Etat et le gouvernement seront amenés à prendre des mesures exceptionnelles dans le métro. On peut imaginer qu’il puisse y avoir des policiers dans tous les transports en commun, pour regarder, observer et sentir les gens qui ont un comportement anormal pour essayer d’anticiper un éventuel attentat. C’est dans les transports en commun qu’il y a un grand risque, on l’a vu à Bruxelles, à Londres (en 2005, ndlr) et à Madrid (2004). »

Pour lui, un lourd dispositif de sécurité devra être mis en place autour des fan-zones si elles étaient maintenues. « C’est jouable (de les maintenir) si on met le paquet. Ça va coûter très cher et ça va être très lourd. L’ambiance festive va en prendre un coup, c’est évident. Il appartiendra à chaque responsable, chaque maire et chaque préfet de dire si c’est jouable ou non en fonction de la configuration des lieux et du nombre de personnes susceptibles d’être réunies. »

AS