RMC Sport

Le Graët sur RMC/BFMTV : « Je pense que Ribéry sera prêt pour la Coupe du monde »

Noël Le Graët

Noël Le Graët - -

A moins de deux semaines du début de la Coupe du monde, Noël Le Graët était l’invité de RMC et BFMTV. Le président de la FFF a fait le tour de l'actualité des Bleus, évoquant notamment le cas de Franck Ribéry, blessé au dos.

Ribéry, l'ombre d'un doute

« Il lui faut un peu de temps. Il a tellement donné, c’est un garçon tellement généreux dans le jeu. Il veut tout le temps jouer. Je suis inquiet oui, s’il ne pouvait pas jouer. J’étais à côté de lui hier (jeudi), il a un petit peu mal au dos. Il est un peu ronchon. Il n’est pas bien, il ne supporte pas de ne pas jouer. Il a eu une énorme pression. Il aurait eu besoin d’un mois de coupure. Mais bien ménagé, je pense qu'il sera prêt pour la compétition. »

Une popularité en hausse pour l'équipe de France

« Il y a beaucoup d’espoirs. Les gens ont envie de l’aimer. Ils ne l’aiment pas encore à fond, ils ne sont pas tous concernés. Mais les progrès sont immenses. Depuis le match contre l’Ukraine (3-0), il y a une autre vision. Les gens ont plus confiance en eux. Il y a moins d’articles négatifs. Il ne faut pas s’emballer mais c’est beaucoup mieux. Ce climat de confiance est intéressant. »

Deschamps intransigeant sur le comportement

« Les joueurs ont beaucoup de savoir-vivre, contrairement à ce qu’on pense. Je parle de ceux qui sont là, pas des absents. Ceux qui sont là ont une ligne de conduite très positive. Didier les a mis en garde. Il faut toujours attendre. Actuellement, la vie est belle. Mais il va falloir vivre ensemble quelques jours, j’espère quelques semaines, et c’est parfois compliqué. Il faut faire extrêmement attention à la vie de groupe. »

La Marseillaise, un choix personnel

« Celui qui veut chanter la chante et l’autre, celui qui n’a pas la voix, respecte. Ça ne me gêne absolument pas. »

Pas d'objectif précis pour la Coupe du monde

« Il y a une telle envie qu’il faut gagner le premier match (le 15 juin contre le Honduras). Il faut déjà sortir du groupe et après ce sera difficile puisqu’on jouera l’Argentine ou peut-être le Nigéria. Personne ne peut écrire l’histoire à l’avance. Il faut aller le plus loin possible et ce n’est pas de la langue de bois. On est en construction. Il a six mois, personne ne parlait de l'équipe de France en bien. On est encore assez loin du Brésil, de l’Espagne, de l’Italie, voire de l’Argentine mais on progresse. On sent qu’on a des possibilités. On a des jeunes joueurs qui ont été champions du monde U20 il y a 18 mois et qui intègrent cette équipe et nos anciens sont dans les meilleurs clubs européens.

Didier a trouvé une complémentarité. L’équipe peut bien faire mais elle n’a pas encore montré qu’elle était capable de battre les meilleurs. On est en pleine confiance mais on est vigilant. Je vous jure qu’on l’a bien préparée, aussi bien le lieu, les médias, les supporters. Les joueurs seront dans de très bonne conditions, pas forcément très luxueuses. Qu’est-ce qui peut nous arriver ? Ne pas bien jouer. Si l’équipe de France joue bien, même si quelques détails ne fonctionnent pas, l’histoire montrera que l’équipe est belle. »

Au soutien de Platini

« Michel est quelqu’un de droit, d’honnête, très sensible et très social. On ne peut lui faire aucun reproche (suite à ses propos sur les troubles sociaux au Brésil, ndlr). Les tout petits pays de l’UEFA l’adorent. Il a dit ça comme ça parce qu’il ne prépare pas trop, mais humainement il est très intuitif et intéressant. Le Brésil est en plein développement, il a une petite crise et le football montre un luxe parfois exagéré. Mais c’est une terre de foot, ça joue au foot partout. L’Europe aussi a une crise sociale. (…) Et si Michel se déclarait (à la présidence de la FIFA, ndlr), oui (il le soutiendra, ndlr), mais je n’ai pas l’impression qu’il se dirige vers une candidature. Si le président de la FFF ne soutient pas Michel Platini, il faut vraiment changer de président. On a une amitié profonde. Il est intuitif, il sent les choses. Il a souvent la première perception d’un dossier. Sepp Blatter est en place et il devrait être candidat. Je ne suis pas certain que Michel sera candidat. Blatter est difficile à battre. »

Son dernier mandat à la FFF

« C’est le dernier. J’aurai fait six ans, j’aurai 75 ans et il sera temps de laisser la place à des plus jeunes. Mais j’ai encore deux ans. »

La visite de François Hollande à Clairefontaine

« C’était un buffet, le président s’est servi comme tout le monde. C’était très convivial, très sympa. Je crois qu’il aime le foot. C’était très décontracté. Les joueurs étaient impressionnés. Il est venu en ami, il a serré des mains. C’était un bon moment. Les joueurs étaient ravis, ils s’attendaient peut-être à quelqu’un de plus distant. Il a parlé de foot sans donner de leçons. Il a dit : "Pas trop de pression". (Ancien maire PS de Guingamp, il soutient d’ailleurs toujours le président de la République : "Je revoterais pour lui, sans problème. C’est un contexte difficile.") »

A lire aussi :

>> Toute l'actu des Bleus

>> Dans quel état sont Ribéry et Benzema ?

>> Evra, pas si facile à remplacer

dossier :

Franck Ribéry

La rédaction