RMC Sport

Le top 5 des plus grandes têtes de turc des Bleus

-

- - Olivier Giroud - AFP

Tu n’es pas tout seul, Olivier Giroud. Sifflé à sa sortie du terrain lors de France-Cameroun, à Nantes, alors qu’il est le deuxième buteur de l’équipe de France sur une superbe reprise de volée, Olivier Giroud a été pris en grippe par un public tricolore qui n’est jamais tendre avec ses têtes de turc. D’autres en ont en effet souffert avant lui, en voici le top 5.

5. Olivier Giroud

Pris en grippe par le public tricolore, alors qu’il est actuellement le meilleur buteur des Bleus depuis la Coupe du Monde 2014 au Brésil (6 buts en 13 matchs, 5 sur les quatre derniers matchs), Olivier Giroud a pourtant marqué les esprits face au Cameroun, en reprenant d’une somptueuse volée, un centre non moins magique de Paul Pogba. Sifflé à sortie du terrain, le Gunner avait précédemment été chahuté à l’Hippodrome de Vincennes, vendredi dernier, alors que 20000 supporters des Bleus étaient venus se masser pour encourager l’équipe de France. Son tort ? Etre le remplaçant de Karim Benzema. Olivier Giroud ne fait rien pour attiser les flammes. En réponse aux sifflets de Nantes, il a ainsi confié sur RMC : "Je ne ferai jamais l'unanimité et je n'ai pas de soucis avec ça. Les sifflets, ça ne me touche pas."

A lire aussi >> Giroud : "Les sifflets, ce n'est pas quelque chose qui me touche"

4. Christian Karembeu

Moins populaire que ses coéquipiers du milieu de terrain de l’équipe de France championne du Monde 1998, Didier Deschamps, Youri Djorkaeff et Zinedine Zidane entre autre, Christian Karembeu a lui aussi été la cible du public français. Avec son style nonchalant et sa façon de répondre aux critiques, lors de ses performances moyennes, l’ancien relayeur des Bleus en a agacé plus d’un dans les tribunes. Autre griefs (pas forcément rationnels) : son épouse mannequin (Adriana Karembeu) et avoir piqué la place de Sabri Lamouchi dans la liste des 23 au Mondial 1998. Ce qui ne l’a pas empêché de disputer les trois matchs les plus importants de cette compétition. A son palmarès, un titre de champion d’Europe 2000 et une Ligue des champions avec le Real Madrid en 1998.

A lire aussi >> Pourquoi Domenech "ne supporte pas les Bleus"

3. Samir Nasri

Aussi talentueux ballon au pied qu’énervant dans ses sorties médiatiques, Samir Nasri ne fait pas un carton pas dans le coeur des supporters tricolores. Celui qui avait lancé un "ferme ta gueule" à un journaliste en plein match face à l’Angleterre à l’Euro 2012 après avoir marqué, avant de réitérer ses insultes en zone mixte, n’est pas totalement étranger à la déroute des Bleus de Laurent Blanc pour ce qui était "l’après-Knysna". Bilan, une cote de popularité en baisse pour les Bleus, et spécialement pour Samir Nasri.

A lire aussi >> Grande-Bretagne : Nasri parmi les sportifs les plus riches

2. Mathieu Valbuena

Toujours performant sous le maillot de l’équipe de France (52 sélections, 8 buts), Mathieu Valbuena n’a pourtant jamais été le chouchou des supporters des Bleus. Au contraire, le lutin lyonnais, qui finit souvent ses courses à terre, a souvent été conspué par le public. Alors quand il décide de quitter Marseille pour un salaire mirobolant au Dynamo Moscou, la moindre touche de balle lorsqu’il joue avec le maillot bleu se transforme en calvaire, pour celui qui est considéré comme un "vendu". Il a toujours réussi à faire taire ses détracteurs balle au pied. Et puis il y a eu l’affaire de la sextape.

A lire aussi >> Euro 2016 : "une immense déception" pour Valbuena

1. Christophe Dugarry

Il restera longtemps "le" bouc émissaire de l’histoire de l’équipe de France. Malmené par les soutiens des Bleus, alors qu’il a été préféré à Marc Keller, Ibrahim Ba ou encore Nicolas Anelka dans la liste des 22 pour le Mondial 1998 en France, le Marseillais (à l’époque) énerve. Avec son air sûr de lui, sa nonchalance et son profil de fêtard, l’ancien bordelais devient rapidement la tête de turc des médias, en plus du public, lesquels expliquent sa présence à la Coupe du monde, par son amitié avec Zinedine Zidane, le meneur des Tricolores. Il se venge en marquant de la tête le premier but des Bleus face à l’Afrique du Sud. Egalement présent à l’Euro 2000, dans l’ombre du duo Trezeguet-Henry, il ne retrouve jamais grâce aux yeux des Français. Et c’est finalement comme consultant pour Canal + qu’il fait le plus l’unanimité.

A lire aussi >> Dugarry : "Le cas Benzema va créer des troubles, c'est sûr"