RMC Sport

Les Bleus à l’épreuve de Ronaldo

Cristiano Ronaldo (Portugal)

Cristiano Ronaldo (Portugal) - AFP

L’équipe de France reçoit le Portugal ce samedi, en amical au Stade de France (20h45). Un match sans véritable enjeu, sauf pour ceux qui auront à gérer le phénomène « CR7 », Ballon d’Or 2013 et impérial depuis le début de saison avec le Real Madrid.

Eliminé au 1er tour du Mondial, cueilli en éliminatoires de l’Euro 2016 à domicile par l’Albanie (0-1), le Portugal arrive ce soir tête basse au Stade de France (20h45) pour y défier les Bleus en amical. Mais voilà, la sélection lusitanienne compte dans ses rangs le dernier Ballon d’Or capable de faire vaciller les défenses les plus solides, la superstar du Real Madrid, la machine à scorer et actuel meilleur réalisateur du Vieux Continent : Cristiano Ronaldo.

Et les défenseurs de l’équipe de France ont bien conscience du danger. « On va se frotter à ce qui se fait de mieux au niveau international. C’est un gros challenge rien que d’y penser, confie le latéral droit, Christophe Jallet. On sait qu’on ne va pas forcément passer une soirée de pur plaisir. Peu importe qui joue et qui l’aura dans sa zone, c’est un gros challenge que tout le monde a envie de relever. » Même son de cloche du côté du défenseur central Eliaquim Mangala, déjà grisé par le défi : « C’est le meilleur joueur du monde à l’heure actuelle. C’est beaucoup plus excitant. C’est pour ça qu’on joue au football. Pour jouer contre des joueurs de haut niveau, pour se frotter à ce genre d’attaquant. »

Déjà 15 buts en 8 matches

Etincelant la saison dernière, le joueur du Real Madrid a débuté l’exercice 2014-2015 en fanfare, avec pas moins de 15 buts en 8 rencontres. Didier Deschamps a bien conscience que le milieu offensif de 29 ans sera l’une des principales attractions de la soirée. Et ceux qui arriveront à contrecarrer ses plans ne laisseront pas le sélectionneur indifférent : « Les gens qui vont venir au stade vont être contents de le voir. On aura une attention particulière, forcément. Lorsqu’il est en tête à tête, il arrive à faire des différences. Limiter son influence pour son équipe est quelque chose d’important. »

Karim Benzema, qui le côtoie au quotidien dans la capitale espagnole, souhaite d’ailleurs bien du courage à l’arrière garde tricolore, qu’il va ‘tenter’ d’aiguiller : « Si tu prends ce joueur individuellement, c’est compliqué. Surtout en ce moment. Il faudra essayer de le prendre avant qu’il ne touche la balle… mais en réalité c’est très difficile de lui prendre la balle avant qu’il ne la touche. » Ou l’insoluble équation CR7.

la rédaction