RMC Sport

Ligue des nations: Deschamps recadre la rivalité entre la France et la Belgique

A trois jours de la demi-finale de la Ligue des nations entre la France et la Belgique (jeudi à 20h45), Didier Deschamps a sauté sur l'occasion pour éteindre le feu attisé par les déclarations tapageuses entendues depuis la demi-finale de la Coupe du monde 2018, dernier affrontement en date entre les deux équipes.

Une rivalité entre la France et la Belgique, oui, mais une rivalité saine. Didier Deschamps a eu vite fait d’étouffer toute velléité de monter certaines déclarations montées en épingle ce lundi, trois jours avant une confrontation marquante entre les deux équipes, en demi-finale de la Ligue des nations. Une rencontre qui aura des allures de revanche de la demi-finale de la dernière Coupe du monde remportée par les Français sur la voie de leur deuxième sacre mondial. Un match pour régler des contentieux.

"Il y a toujours eu une rivalité parce que c’est frontalier, la même qu’on peut avoir avec l’Italie ou l’Espagne. Mais ce n’est pas le match de jeudi qui va changer quoi que ce soit à ce qu’il s’est passé (en 2018). La rivalité, elle a toujours été là, c’est une rivalité saine et sportive", a estimé le sélectionneur de l'équipe de France, en conférence de presse. Certaines déclarations des Belges avaient renforcé l’idée d’une rivalité toujours plus féroce, alimentée et entretenue depuis par d’autres déclarations.

Deschamps: "Des excès des deux côtés"

"On perd contre une équipe qui n'est pas meilleure que nous", avait alors déploré Thibaut Courtois. "Je préfère perdre avec cette Belgique que gagner avec cette France", avait quant à lui assuré Eden Hazard. "Il y a eu des excès des deux côtés, mais parce qu’on est plus dans l’interprétation de propos qui ont pu être tenus, à chaud, juste après un moment heureux ou malheureux. Forcément, ça prend un peu trop d’importance", a constaté Deschamps.

La France et la Belgique, meilleures équipes du premier tour de cette Ligue des nations, se sont déjà assurées par ce biais de participer a minima aux barrages pour la Coupe du monde 2022 si jamais ces deux nations ne parvenaient pas à décrocher leur ticket au terme de la phase de qualifications traditionnelle. Pour savoir qui succédera au Portugal, vainqueur à domicile de l'édition inaugurale en 2019, il faudra attendre dimanche, jour de la finale et du match pour la troisième place.

QM