RMC Sport

Manuel Amoros : "Tourner la page Evra"

Manuel Amoros

Manuel Amoros - AFP

Deux jours après la fin d’un Euro achevé par une défaite en finale face au Portugal (0-1), l’heure est aux bilans pour l’équipe de France. Défenseur des Bleus entre 1982 et 1992 (82 sélections), Manuel Amoros a évoqué la performance des latéraux français (Bacary Sagna et Patrice Evra), un poste qu’il connaît bien, sur l’antenne de RMC.

Des latéraux pas aidés

« Je n’ai pas trouvé Sagna et Evra très bons tout au long de la compétition. S’ils montent beaucoup, il faut que les deux stoppeurs couvrent et il faut que le milieu du côté du latéral qui monte soit vigilant. On n’a pas trop vu de couvertures dans ces secteurs-là mais c’est un travail qui s’effectue au quotidien lors des entraînements. »

A lire aussi >> OM: Amoros recalé d'un salon au Vélodrome

« Evra commence à être atteint par l’âge »

« Je tournerais la page Patrice Evra. Il commence à être atteint par l’âge. Il n’a pas démontré qu’il était parmi les meilleurs. J’aurais par exemple aimé voir Digne contre la Suisse puisque nous étions qualifiés. Il aurait peut-être apporté ce qu’Evra n’apporte plus. Il faut changer de latéraux mais je me demande si aujourd’hui, on est encore capable de former des latéraux… Il y en a de moins en moins. »

A voir aussi >> Euro 2016 - Patrice Evra, son message poignant après la défaite contre le Portugal

Evra également fautif sur le but d’Eder

« Sur le but d’Eder, il y a une erreur de Samuel Umtiti qui recule énormément. Mais il y a aussi une erreur de Patrice Evra qui est sur le côté et qui ne lui parle pas. Il n’y a personne sur le côté gauche mais il ne lui demande pas de monter sur le porteur du ballon. Umtiti aurait dû monter sur Eder et Patrice Evra aurait dû lui parler. Il n’y avait pas énormément de communication dans cette équipe. »

A voir aussi >> Patrice Evra, accroc à Instagram

« Evra et Sagna en bout de course »

« Certains joueurs paraissent en bout de course comme Rami, Jallet, Evra, Sagna, … J’aimerais bien voir Digne et Kurzawa mais aussi Lucas Hernandez dans l’axe. […] Ce n’est pas que je ne porte pas Patrice Evra dans mon cœur, je ne le connais pas personnellement, c’est juste que je ne vois que son jeu et je pense qu’il a fait son temps. Il a fait les Coupes du Monde 2010 et 2014… Il y a des joueurs comme Kurzawa que l’on n’a pas vu du tout. Je ne sais pas si Didier Deschamps l’aime ou pas. »