RMC Sport

Pays-Bas - France : la victoire des Bleus en questions

Malmenée en deuxième période, l’équipe de France s’est imposée face aux Pays-Bas ce vendredi soir (3-2), en match amical à Amsterdam. Le secteur offensif des Bleus a beaucoup rassuré, à l’image d’un Dimitri Payet enfin au niveau en sélection. Il reste en revanche du travail en défense.

L’émotion était-elle au rendez-vous ?

OUI. Et ce, bien avant le coup d’envoi. Nombreux étaient les spectateurs arborant des maillots oranges floqués 14, pour rendre hommage à Johan Cruyff. Le légendaire attaquant de l’Ajax et du Barça s’est éteint jeudi à l’âge de 68 ans et tout le stade s’est arrêté à la 14e minute pour l’applaudir. Wesley Sneijder en a semblé très ému. Un hommage auquel s’est évidemment ajouté celui rendu aux victimes des attentats de Bruxelles, avec la minute de silence avant le match.

La tactique bleue était-elle figée ?

NON. Sur le papier, le sélectionneur avait opté pour son classique 4-3-3. Mais sur le terrain, les Bleus oscillaient entre 4-1-4-1 voire 4-4-2. La clé, c’est le positionnement de Dimitri Payet et Antoine Griezmann, officiellement sur les côtés mais finalement très libres. Le joueur de West Ham s’est par exemple souvent retrouvé dans l’axe, se régalant des espaces dans un rôle de créateur. Un positionnement qui a libéré les côtés pour les montées de Christophe Jallet, surtout, et Patrice Evra. Dimitri Payet s’est aussi très bien entendu avec Antoine Griezmann et s’est montré très à l’aise techniquement. Il fut tout aussi libre lors de l’entrée d’Anthony Martial, côté gauche. Peut-être enfin le gros match qu’on attendait de lui en équipe de France.

Le trio d’attaque a-t-il été performant ?

OUI. On attendait qu’il prenne ses responsabilités. Antoine Griezmann a ouvert le score dès la sixième minute, d’un splendide coup franc direct dans l’esprit de celui qu’il avait inscrit face à Gijon avec l’Atlético le week-end dernier. Auteur de son septième but en sélection, l’attaquant de 25 ans s’est montré très actif et a beaucoup combiné avec Dimitri Payet et Blaise Matuidi. Olivier Giroud, qui a perdu sa place de titulaire à Arsenal, s’est lui aussi rassuré en inscrivant le deuxième but sur un service de Matuidi (13e) et a joué les pièges à défenseurs pour libérer de l’espace. Dimitri Payet a étincelé dans son rôle de créateur. Anthony Martial, entré après la pause, s’est aussi montré intéressant et est passeur sur le but de Blaise Matuidi (88e). De quoi rassurer un Didier Deschamps toujours privé de Karim Benzema.

La défense a-t-elle rassuré ?

NON. Si elle n’a pas été particulièrement sollicitée vu le schéma tactique très défensif adopté par les Néerlandais en première période, la défense française a peiné en seconde. Sur la première alerte, elle se troue en offrant un but de relance à Luuk De Jong dès le début de la seconde période. Certes, l’attaquant du PSV aurait dû voir son but refusé pour l’avoir inscrit du bras, mais Laurent Koscielny est fautif, en retard sur le joueur. Lui et Raphaël Varane ont à plusieurs reprises inquiété dans leur marquage à distance. Le deuxième but des Oranje vient aussi d’une erreur d’inattention de la défense : sur corner, Affelay s’est retrouvé tout seul en retrait et n’avait plus qu’à cadrer (86e).

Didier Deschamps tient-il son milieu de terrain ?

Paul Pogba
Paul Pogba © AFP

OUI. Il est fort probable que le trio Diarra-Pogba-Matuidi soit celui qui sera aligné à l’Euro. Les trois joueurs sont complémentaires. Et si, sur le papier, tout cela peut manquer d’attrait offensif, les décrochages de Payet sont venus mettre du liant. Paul Pogba, en retrait en début de match, a repris ses bonnes habitudes de la Juve en se projetant… voire même en frappant. Tout comme l’a fait Blaise Matuidi, très en jambes en première période et buteur en fin de match (88e). Sorti à la pause, Lassana Diarra s’est fait discret. Mais le milieu défensif de l’OM n’a eu que peu de travail face aux faibles attaques néerlandaises.

Les coups de pied arrêtés sont-ils devenus une arme offensive pour les Bleus ?

OUI. Des années que les Bleus traînaient ce boulet. Sauf que la jeune génération s’illustre en clubs et que cela rejaillit sur la sélection. Après celui de Mathieu Valbuena face au Portugal en septembre qui avait mis fin à huit ans de disette, Antoine Griezmann s’est offert un but sur coup franc direct (6e). Cette fois, l’attaquant de l’Atlético a opté pour la lucarne gauche, quand il avait choisi la droite face à Gijon samedi dernier en Liga. Lui, Paul Pogba et Dimitri Payet travaillent ces coups de pied arrêtés dans leurs clubs respectifs et sont performants dans ce secteur, qui devient désormais un vrai atout pour les Bleus.

A.Bo