RMC Sport

Riolo: "Vivement l’Euro !"

-

- - -

Retour sur la victoire des Bleus aux Pays-Bas, ce vendredi soir (3-2), à moins de trois mois de l'Euro 2016.

Je m’étais dit que jusqu’à la 14e minute, il n’allait rien se passer. Histoire d’attendre la minute Cruyff bien sagement. Mais au contraire, c’est avant ce moment qu’on a vu des choses. Les deux buts, les hommages, le nouveau maillot, plutôt élégant. Et après, rien. Un néant. L’ennui total. C’est souvent chiant les matches amicaux, mais là …

Griezmann a débuté en feu. Un super coup franc et une activité débordante et efficace. Dans une attaque à deux avec Giroud, on le voit partout. Payet est l’autre joueur offensif. Libre, il organise le jeu avec justesse et habileté technique. Les Bleus sont en 4-3-1-2.

L’adversaire est lui d’une faiblesse dingue. J’ai rarement vu les Pays-Bas aussi ternes. Il ne se passe rien. Après le 2e but de Giroud, le match s’éteint. Giroud, plus titulaire à Arsenal, mais toujours bon en EDF. Un paradoxe.

Voilà, fin de la première période. Ambiance de salon. Match sans intérêt. On est devant un aquarium.

Et comme les Néerlandais ne pouvaient pas faire pire, ils se mettent enfin à jouer en seconde période. De 0, on passe à 2 de tension. C’est assez pour réduire l’écart.

Le match est désormais bien plus équilibré. Mais pas pour autant plus intéressant à suivre. Les changements, Martial, Kanté, Digne… servent d’animation.

Je pourrais tenter d’être inquiet. Dire qu’en jouant un peu mieux, la Hollande revient à 2-2. Mais dans la foulée, Matuidi met le 3-2. Partie étrange jusqu’au bout. Cinq buts dans un tel match, les marchands de foot peuvent vendre leur soupe.

Ces matches amicaux n’ont plus aucun sens. Je conçois que tout le monde ne dispose pas des moyens pour suivre tous les matches des télés payantes. Voir un match, ça reste un événement pour beaucoup, encore. Mais objectivement, ils n’apportent rien. Dire le contraire serait mentir.

Comment envisager tirer des enseignements ? Sollicités par leurs clubs pour le haut ou très haut niveau, les joueurs ne peuvent pas se donner à fond pour ce genre de rencontres. Les télés diffusent, les gens regardent et vont au stade. Le business fonctionne. C’est indéniable. On voit trop de matches aujourd’hui pour vibrer devant un match amical.

Combien de matches il reste avant l’Euro ? Quatre ? Cinq ? Peu importe. Vivement qu’on y soit.

Daniel Riolo