RMC Sport

Pourquoi Mbappé a même séduit les non fans de foot

Salué par les plus grands, adoubé par ses pairs, Kylian Mbappé, à 19 ans, s'est déjà hissé parmi le gratin du football mondial. Mais l'attaquant des Bleus a aussi su séduire toute une partie de la population qui ne s'intéresse que peu, ou pas du tout, au ballon. Explications d'un phénomène.

Son sourire n’est plus réservé qu'aux adeptes de ballon rond, aux initiés. Depuis quelques mois, Kylian Mbappé a franchi les barrières des stades de foot à pieds joints pour s’inviter dans notre quotidien. Son nom résonne dans les programmes généralistes des radios et télés, son visage fleurit dans les kiosques, placardé sur les couvertures de magazines en tous genres. Cette semaine, c’est le prestigieux Time qui a propulsé la pépite française en "une" de ses éditions Europe et Afrique, consacrée aux "leaders de demain". Au-delà du coup de pouce dans la course au Ballon d’Or, l’intérêt de l'hebdo américain pour le joueur du PSG illustre sa popularité croissante au sein de la société. "Il avait fait fondre le périphérique, mais là il le dépasse encore, jusqu’à l’Atlantique", s’est ainsi réjoui la maire de Bondy. Mais pourquoi Mbappé plait-il autant?

Parce qu’il prend soin de son image (qui tranche)

La France n’a pas toujours aimé ses footballeurs. Après le triste épisode de Knysna, en 2010, elle les a même détestés, vilipendés, n’hésitant pas à tous les jeter dans le même panier. Mais de la même manière que Nicolas Anelka avait incarné - à juste titre ou non - la fracture entre un pays et sa sélection, Mbappé a fini d’acter la réconciliation.

Il faut dire que depuis son explosion à Monaco en 2016, l’attaquant réalise un quasi sans faute en terme de communication. Mbappé est souriant, poli, il s’exprime avec une aisance étonnante et un vocabulaire soigné devant les médias, et s’il apparaît parfois sûr de lui, il n’en devient pas hautain pour autant. Protégé par ses parents, qu’il n’hésite pas à remercier à longueur d’interviews, il a également réussi, jusqu’à aujourd’hui, à ne jamais se faire épingler sur sa vie privée.

Une image de gendre idéal - Paris Match est sous le charme -, que viennent renforcer, de temps à autre, de petites anecdotes. Après la victoire en Coupe du monde, alors que l’ensemble du vestiaire français immortalisait les célébrations le smartphone à la main, lui avait laissé son appareil au vestiaire, avant de se justifier dans une interview à France Football: "J’ai tout regardé, pour ne rien perdre. Dans ces moments-là, je n’aime pas prendre mon téléphone pour envoyer des messages et faire des vidéos. C’est une perte de temps, il faut profiter de ces instants uniques". Une manière de se placer au-dessus de la mêlée, et de séduire, aussi, une certaine partie de la population.

Parce qu’il a compris qu’on ne l’attend pas que sur les terrains

Très à l’aise pour parler de ballon, Mbappé, à 19 ans, a vite compris qu’il pouvait aussi profiter de sa notoriété – et de ses revenus – pour jouer un rôle hors football. Le joueur a maintes fois répété son attachement à Bondy où il se rend régulièrement pour saluer la relève, et a d'ailleurs financé un voyage en Russie pour des jeunes de sa ville d’origine, en marge de la Coupe du monde.

Une Coupe du monde qu’il voulait décidemment faire partager, puisque dès le mois d’avril, l’attaquant avait annoncé son intention de reverser l’intégralité de ses primes à l’association Premiers de Cordée, qui vient notamment en aide aux enfants handicapés. "Je gagne assez d'argent, beaucoup d'argent. Donc je pense que c'est important d'aider ceux qui sont dans le besoin. Beaucoup de personnes souffrent, ont des maladies. Pour des gens comme nous, donner un coup de main, ce n'est pas grand-chose", a-t-il expliqué à Time Magazine.

En février, Mbappé, reçu avec George Weah à l’Elysée par Emmanuel Macron, avait également déclaré vouloir "aider le sport africain à se développer". Des intentions et des actes louables, et qui lui servent aussi, puisqu’ils contribuent, forcément, à renforcer sa popularité.

Parce qu’il a brillé en Russie

Le monde du football aurait forcément reconnu son talent, mais Zinédine Zidane aurait-il la même aura aujourd’hui s’il n’avait pas été le héros de juillet 1998? C’est évident à dire, mais si Mbappé est connu et apprécié du grand public, c’est aussi (surtout?) parce qu’il a su s’illustrer l’été dernier sur les pelouses de Russie. S’il y a une compétition que les non amateurs de football suivent, volontairement ou non, c’est bien la Coupe du monde, avec ses fans zones, ses terrasses pleines, sa diffusion à l’échelle planétaire et son intense couverture médiatique.

Le monde qui ne s’intéresse pas au ballon rond, celui qui n’avait peut-être jamais entendu parler de Mbappé jusqu’alors, a forcément eu vent de ses performances (4 buts) et de son histoire. C’est valable pour la population française, mais pas seulement. Vivienne Walt, la journaliste qui a réalisé l’interview de Mbappé pour Time, a ainsi voulu en savoir plus sur le jeune homme en regardant la finale contre la Croatie, comme elle l’a confié au Parisien.

Parce que la pop culture (et pas que) s’est emparée du phénomène

Si vous n’appréciez guère la chose footballistique, vous êtes peut-être davantage attiré par la musique, ou la peinture… Ça tombe bien, puisque Mbappé a également vu le monde de la culture lui sauter dessus. Après son transfert au PSG, Nike, son équipementier, avait fait faire une gigantesque fresque à son effigie sur les murs de Bondy. Cet été, ce sont les t-shirts et autres sweats floqués du slogan "liberté, égalité, Mbappé" qui se sont vendus comme des petits pains, alors que les rappeurs lui rendent régulièrement hommage dans leurs morceaux.

A l’échelle locale, comme dans "Sur le drapeau", de NTM et Sofiane, des artistes du 93, mais aussi à l’échelle internationale, puisqu’on a découvert ces derniers jours que le Parisien a inspiré un rappeur… bulgare. En mai dernier, Kylian Mbappé avait en outre fait une entrée remarquée au musée Grévin, où il avait pu rencontrer son double de cire. Une véritable muse.

Clément Chaillou