RMC Sport

Euro 2016 : à défaut d'être flamboyant, le Portugal survit

Ricardo Quaresma

Ricardo Quaresma - AFP

Malgré trois rencontres de poule très mitigées et un huitième de finale poussif face aux Croates, les Portugais sont en quart de finale de l’Euro 2016. Cela tient du miracle, mais pas seulement.

A la veille du début des quarts de finale de l'Euro 2016, le tableau des huit équipes qualifiées ne manque pas de singularité. L'Islande, héroïque face à l'Angleterre, est encore là, comme le pays de Galles, porté par Gareth Bale. Même l'Italie, bien qu'affaiblie avant le coup d'envoi du championnat d'Europe des nations, est encore en vie après sa leçon donnée aux doubles champions d'Europe espagnols. En fait, c'est presque la présence du Portugal qui surprend le plus.

A lire aussi >>> Riolo : « Portugal, moi, moche et qualifié ! »

Une qualification très laborieuse

La Selecçao était pourtant présentée parmi les outsiders sérieux début juin. Moins armée que par le passé mais dotée d'individualités fortes notamment dans le secteur offensif, l'équipe du Portugal devait dominer sans souci majeur le groupe E avant de passer aux choses sérieuses. Et pourtant... Très empruntés, les hommes de Fernando Santos ont peiné comme rarement : trois matchs nuls face à l'Islande, l'Autriche (avec un penalty raté par Cristiano Ronaldo) et la Hongrie, et une qualification assez invraisemblable.

Dans cet Euro à 24, le Portugal ne doit sa survie qu'à sa place de 3e. Elle hérite du titre de seule sélection à être passée sans s'être imposée dans son groupe. A l'issue de comptes d'apothicaire, la Selecçao s'est qualifiée in extremis (15e sur 16, juste devant l'Irlande du Nord). « Le plus important, c'est la qualification. Nous l'avons fait », déclarait Ronaldo après le dernier match contre la Hongrie. Le double buteur du soir avait bien conscience que son équipe était passée par un trou de souris très étroit.

A lire aussi >>> Euro 2016 : Ronaldo évite le pire au Portugal qui se qualifie

Le pragmatisme, une voie vers la victoire ?

La Croatie, séduisante en phase de poule, partait favorite en quart de finale. Mais au bout de la prolongation d'un match très insipide, c'est le Portugal qui a fait la différence grâce à Ricardo Quaresma (1-0, a.p). Et si le match a beaucoup déçu, le résultat suffit au bonheur de Fernando Santos. « Nous avons été pragmatiques, mais c'est ce qu'il faut faire pour gagner au football », a-t-il avancé, en réaction au peu d'allant de ses joueurs en attaque. « Nous aimerions avoir un jeu spectaculaire, mais ce n'est pas toujours comme ça que l'on gagne des compétitions », a ajouté le sélectionneur.

Les prestations laissent les observateurs perplexes et le jeu produit n'est pas celui d'une équipe programmée pour régner sur l'Europe. Mais la recette de ce Portugal fonctionne jusqu’à présent. Les coéquipiers de Cristiano Ronaldo ont su trouver les ressources pour revenir face à la Hongrie (3-3), et la Croatie s'est prise les pieds dans le tapis en huitième. Les Croates n’étaient pas dans un bon jour… A moins que ce soit le jeu des Lusitaniens qui les aient fait déjouer ? Le modèle est laborieux, mais il permet au Portugal d'être au rendez-vous des quarts - une récurrente depuis 1996 - et de croire encore en son rêve de sacre. La Pologne, prochain adversaire jeudi 30 juin à Marseille (21 heures), est prévenue.

A lire aussi >>> Euro 2016 : Quaresma le sauveur, Mandzukic le fantôme… les tops et flops de Croatie-Portugal

Nicolas Bamba