RMC Sport

Euro 2016 - Barrages : la Suède croit-elle encore en Zlatan ?

Zlatan Ibrahimovic

Zlatan Ibrahimovic - AFP

Opposée au Danemark en barrage qualificatif pour l’Euro 2016 (match aller samedi soir en Suède), la sélection suédoise pourra compter sur sa meilleure arme offensive, Zlatan Ibrahimovic. Une icône que certains annoncent sur le déclin. Reste-t-il prophète en son pays ? Reportage.

Le tribunal médiatique français multiplie les débats sur son déclin. Toujours au top ? Déjà le début de la fin ? Bout du chemin bien entamé ? La divergence d’avis hexagonale reste vive sur le sujet Zlatan Ibrahimovic. Joli clin d’œil, donc, de voir les apôtres du prophète en son pays filer la métaphore d’un produit bien de chez nous pour défendre leur tête de gondole.

« On ne fait pas le même constat que vous en France, explique Daniel Kristofferson, journaliste pour SportExpressen TV. En Suède, on dit que Zlatan est comme un vin rouge français, qu’il se bonifie avec le temps. Il n’a jamais été aussi fort et efficace que l’année dernière avec la Suède. Il a battu le record de buts historique de l’équipe nationale. Il est encore très fort. »

Pas question d’égratigner l’icône

Cinq phrases pour résumer un sentiment partagé. Chez les journalistes comme les joueurs suédois, la même déférence à l’égard de l’icône. Pas question d’égratigner Zlatan. Peut-être une question de fierté nationale teintée de prudence à l’égard d’un monument au caractère bien affirmé. Mais surtout une question d’influence sportive toujours aussi présente. En sélection, Ibra reste très efficace.

L’arme fatale du drapeau à la croix scandinave jaune sur fond bleu : neuf buts lors de ses dix dernières sorties en équipe nationale – cette saison, il en affiche douze en seize matches toutes compétitions confondues (PSG et Suède compris) – et un dixième Ballon d’Or suédois décerné il y a quelques jours (seul Fredrik Ljungberg, sacré en 2006, l’a privé de ce trophée depuis sa première victoire en 2005) en nouvelle preuve d’une aura tout sauf à la baisse dans son pays.

« Zlatan a développé d’autres qualités »

Si l’artiste régale moins de gestes « zlatanesques », la galerie l’admire toujours. « Vous ne pouvez pas affirmer qu’il marque moins de buts, s’insurge Mathias Lühr, journaliste à Expressen, le premier quotidien suédois. Il marque encore beaucoup de buts, c’est juste qu’ils sont moins spectaculaires qu’avant. C’est moins esthétique mais ça reste des buts. Oui, il est moins rapide, moins puissant, moins souple qu’avant, mais c’est normal. Il a 34 ans et une longue carrière. Je ne pense pas qu’il puisse progresser mais il reste un joueur fantastique. Zlatan a développé d’autres qualités. Et il continue de rendre meilleurs l’équipe nationale et le PSG. »

Même son de cloche chez ses partenaires en sélection, témoins des efforts de Zlatan pour rester au top, à l’image de ces dix minutes en début de chaque séance d’entraînement où le Parisien multiplie les étirements et autres exercices physiques avec le préparateur pendant que ses partenaires font un toro ou s’amusent avec le ballon.

« Il reste le joueur le plus important du PSG »

« Il a l’air de plus en plus fort chaque année, insiste le latéral gauche Martin Olsson. Il prend soin de son corps. Quand on voit la manière dont il s’entraîne… Tout ça montre qu’il a encore faim. » Et ne comptez pas sur l’intéressé pour vous dire le contraire. « Cette saison, j’ai joué onze matches avec mon club (douze en fait, ndlr), j’ai mis neuf buts et délivré cinq passes décisives. Mes statistiques sont meilleures que l’an passé. Le tout en étant vieux. Imaginez si j’étais encore jeune… Je pense que ce que je fais est suffisant. »

Et si la vérité se trouvait dans la nuance ? Ola Toivonen, l’un de ses coéquipiers d’attaque en sélection, bien connu du côté de Rennes, traduit l’idée : « Il commence à être un peu vieux. Il est sur la fin de sa carrière. C’est un peu normal, il a 34 ans. Mais il fait encore beaucoup sur le terrain et il reste le joueur le plus important du PSG. » De la Suède aussi, bien entendu.

Alexandre Herbinet avec Nicolas Jamain à Stockholm