RMC Sport

France-Suisse: Xhaka veut "punir les faiblesses" des Bleus

En conférence de presse ce dimanche, à la veille du huitième de finale entre la France et la Suisse, Granit Xhaka joue les ambitieux. Le capitaine de la Nati ne veut pas faire de complexe d'infériorité face aux Bleus, pour tenter d'écrire un moment d'histoire.

A la veille du huitième de finale de l'Euro 2021 entre la France et la Suisse, Granit Xhaka se présente en capitaine ambitieux, confiant et sérieux. La Nati est consciente du statut de favoris des Bleus, dans ce match comme dans le tournoi, mais entend jouer sa chance. Et exploiter les failles adverses.

"Mon ressenti n’a pas changé, si on veut avancer et gagner le tournoi, il faut battre n’importe quelle équipe. Si c'est la France, ou avant la Turquie, l'Italie, le pays de Galles... il faut se concentrer sur chaque match. On verra à la fin si ça suffit, insiste le milieu de terrain d'Arsenal en conférence de presse. On veut, à chaque tournoi, avancer le plus loin possible. On a été éliminé trois fois en huitième de finale. J’ai déjà dit avant le tournoi que cette équipe suisse est prête à écrire l’histoire, même si les Français sont les favoris. Mais il ne faut pas se cacher."

"On peut écrire une page de notre histoire"

"On n'a pas peur, c'est du plaisir, ajoute Granit Xhaka. C'est ce qu'on veut montrer demain sur le terrain. On sait que l'adversaire est très fort mais l’équipe a l’air très serein, on ne voit pas trop de de nervosité. Bien sûr l’enjeu est très grand mais c’est pareil pour la France. On sera prêts."

Et avec en tête les faiblesses tricolores: "On a analysé la France, on connaît leurs points forts, leurs points faibles. On veut évidemment punir leurs faiblesses et on ne veut pas qu'ils arrivent à mettre leurs points forts en avant, résume l'ancien joueur de Bâle. Le coach est relax comme il faut. C’est un grand match pour le staff, pour toute la Suisse, pour tout le monde, parce qu’on peut écrire une page de notre histoire. Mais cela marchera seulement si on est prêts à 120%."

Avec aussi un mot d'ordre: jouer au foot. Pas question donc de simplement garer le bus. "Bien sûr, il faut faire attention aux Français, ce sont des joueurs de classe mondiale, admet Xhaka. Il ne faut pas attaquer sans raison, il faut jouer de manière intelligente, avoir un bon équilibre entre le pressing et être positionné un peu plus bas. Mais ça ne veut pas dire automatiquement être très défensif. On veut jouer au foot demain, on ne veut pas entrer au stade peureux. On veut montrer nos points forts, montrer qu'on sait jouer au foot."

https://twitter.com/apobouchery Apolline Bouchery Journaliste RMC Sport