RMC Sport

Le Top 10 des « Bras d’honneur » dans le sport

-

- - AFP

Après le geste d'humeur de Paul Pogba contre l'Albanie, petit tour d'horizon des "bras d'honneur" de l'histoire du sport, dans le football mais aussi d'autres disciplines.

10. Paul Pogba

Oui, on le met dernier, car pour l’instant il ne l’a pas « revendiqué ». Mais ne serait-ce que pour la polémique qu’il a engendré. Après le deuxième but de l’Equipe de France contre l’Albanie à l’Euro, le milieu de la Juventus de Turin, célèbre en se tapant fort l’intérieur du coude avec la main. « Sarabande » ou mouvement d’humeur ? Le doute demeure.

>> A lire aussi : Lichtsteiner : « Il y a eu un lynchage sur Pogba »

>> A lire aussi : Euro 2016 en direct : un Slovène au sifflet pour France-Suisse

9. Maher Kanzari

Maher Kanzari était entraineur de l’Espérance Sportive de Tunis. Match le 29 septembre 2013 face à l’ES Sahel. Lors de l’égalisation de son équipe à 2-2, l’entraineur se fend d’un bras d’honneur en direction du banc adverse. Grosse polémique, et surtout une sanction sévère. L’entraineur écopera de seulement 1000 dinars d’amende et deux matchs de suspension.

8. Yannick Cahuzac

Yannick Cahuzac est un sacré combattant, adepte du pétage de plomb. Et cette saison, avec le SC Bastia, il n’a pas failli à sa réputation. Après un gros coup de coude au visage sur Lucas au milieu du mois d’octobre, le bastiais a explosé une semaine plus tard. Face à Caen le 31 octobre, après une échauffourée avec Yahia, il lui adresse le fameux bras d’honneur. Il écope d’un match de suspension.

7.Jelle Van Damme

C’est le seul de la liste à être adressé à un arbitre. Lundi 7 décembre dernier, Jelle Van Damme, pourtant capitaine du Standard de Liège, se rend coupable de ce geste en direction de Monsieur Laforge arbitre de la rencontre face à Waasland-Beveren. Malgré la fonction supérieur de sa victime, le joueur s’en sortira avec 400 euros d’amende et 1 match de suspension… avec sursis.

 6. Brice Jovial

Lors de la saison 2011-2012, face à Nancy, Brice Jovial alors attaquant de Dijon est remplacé. En apparence rien d’anormal sauf que le public le siffle copieusement, Excédé par les critiques le meilleur buteur du club cette saison-là adresse un bras d’honneur à ses propres supporters. Il est depuis parti s’exiler en Chine.

>> A lire aussi : Euro 2016 : Poutine ironise sur les bagarres entre Russes et Anglais

5. Sofiane Feghouli

C’était au tout début de la saison 2011… Grenoble était en Ligue 1 et dans ses rangs un jeune joueur de 19 ans, Sofiane Feghouli. Après une défaite en déplacement à Auxerre (2-0), il adresse un bras d’honneur à ses propres supporters. Feghouli part très vite en Espagne.

4. Patrice Lair

Le bras d’honneur de la victoire. Après une victoire 3-0 en demi-finale de la Ligue des champions féminine en 2013, l’entraineur de l’Olympique Lyonnais Patrice Lair craque et envoi un message au banc de Juvisy. Il est suspendu 1 match.

>> A lire aussi : Euro 2016 : les contrôleurs aériens italiens en grève… pour regarder Italie-Suède ?

3. Stefano Pizarri

Cyclisme pour changer, et plus précisément au Giro 2014. Stefano Pirazzi de l’équipe Bardiani, remporte la 17e étape. Il fête ça d’un bras d’honneur en franchissant la ligne. Il s’excuse immédiatement après «Je demande pardon pour mon geste. Mais j’avais tellement de rage en moi par rapport aux gens qui m’ont critiqué, non seulement sur ce Giro mais aussi lors des courses précédentes, que je n’ai pas réussi à me maîtriser. J'en avais assez des critiques permanentes. Je m’en excuse.»

2. José Mourinho

Bien entendu le « Special one » fait partie d’un tel classement. Il était encore entraineur du Real Madrid, en Avril 2012, lorsque la « Maison Blanche » est accrochée par le modeste Sporting Gijon. En seconde période le Real parvient à reprendre l’avantage et passer devant grâce à un but de Karim Benzema synonyme de 3-1. L’entraineur portugais explose alors et envoi un bras d’honneur en direction de tout le monde.

1. Wladislaw Kozakiewicz

Un mauvais geste qui est surtout un geste politique fort. En 1980, le Polonais Wladislaw Kozakiewicz bat le record du monde du saut à la perche et remporte au passage l’or olympique. A Moscou, devant le Soviétique Volkov, ce qui explique en partie l’ambiance de feu qui régnait ce jour-là en Russie. Le stade entier conspuait le sauteur avant son élan, tout ça sur fond derelations glaciales de l’époque entre la Pologne et l’URSS. Le geste passe donc à la postérité, et symbole de la lutte contre l’URSS, bien loin des prédécesseurs dans ce classement donc.