RMC Sport

Equipe de France féminine: "Elles peuvent se tirer les cheveux, ça m’est égal", lâche Le Graët

Interrogé ce mercredi sur les tensions chez les Bleues, entre la sélectionneure Corinne Diacre et plusieurs de ses cadres, le président de la FFF Noël Le Graët a préféré balayer le sujet de manière... assez sèche.

Ce n'est pas un scoop: l'ambiance au sein de l'équipe de France féminine, depuis la prise de fonctions de Corinne Diacre en 2017, n'est pas incroyable. Plutôt du genre sèche, voire cassante, la sélectionneure des Bleues est entrée en conflit avec plusieurs cadres du vestiaire, notamment les Lyonnaises Wendie Renard, Sarah Bouhaddi ou Amandine Henry.

Les tensions ont même atteint un pic en octobre dernier lorsque Henry a démoli la technicienne dans une interview télévisée. Depuis, les différentes actrices se sont plus ou moins expliqué, sans que l'on puisse parler toutefois de réconciliation.

Une réponse lapidaire

Que pense le président de la FFF, Noël Le Graët, de ce malaise ambiant chez les Bleues? Il n'en pense pas grand-chose. Interrogé ce mercredi, lors d'une visite à la Ligue de Paris Ile-de-France, le patron de la Fédération a préféré souligner les bons résultats de la sélection depuis "l'affaire" Henry. A sa manière... "Elles n’ont aucun match perdu. Donc elles peuvent se tirer les cheveux, ça m’est égal", a-t-il évacué en quelques secondes, avant de passer à autre sujet.

Début février, lors du dernier rassemblement, Corinne Diacre avait demandé à tout le monde de tourner la page, en évoquant une réunion de mise au point en décembre. "La réunion a été faite, disait-elle. C'était important de la faire, ça a été fait. (...) Aujourd'hui, il faut regarder devant et arrêter de regarder derrière et de revenir sur des choses. On se doit d'être très humbles, on est des privilégiées. La situation est grave et on n'a pas besoin d'envenimer et de revenir sur des choses du passé. J'ai envie d'avancer et j'ai bon espoir que mes joueuses entendent ce message et aient envie d'avancer." Noël Le Graët est visiblement de cet avis.

C.C. avec Loïc Tanzi