RMC Sport

PSG: "Ça fait mal", les larmes de Hamraoui sur "le calvaire" qu’elle traverse depuis des mois

Au cœur d’une retentissante affaire médiatico-judiciaire depuis son agression en novembre 2021, Kheira Hamraoui a accordé un entretien à BFMTV. La milieu de terrain du PSG y apparaît très touchée par tout ce qui lui arrive depuis maintenant dix mois.

Elle est au cœur de l’affaire qui secoue le football français depuis maintenant dix mois. Victime d’une violente agression en novembre 2021, pour laquelle sa partenaire au PSG, Aminata Diallo, a été mise en examen le 16 septembre dernier, Kheira Hamraoui s’est confiée à BFMTV au cours d’un entretien à retrouver en intégralité ce vendredi matin.

Questionnée sur son état d’esprit après dix mois de calvaire, l’internationale française ne peut retenir ses larmes. "J’ai mal aujourd’hui quand je parle, c’est normal. Tout ce que j’ai eu, tout au long de ma carrière, je me suis battue pour l’avoir. Voir du jour au lendemain que tout s’écroule, ça fait mal…", lance-t-elle avoir de devoir s'interrompre, submergée par l’émotion.

>> Affaire Hamraoui-Diallo: les infos en direct

Hamraoui: "On ne peut pas s’acharner comme ça sur un être humain"

"Je veux rejouer au foot, que tout redevienne comme avant même si je sais que plus rien ne redeviendra comme avant…, poursuit la joueuse sur BFMTV. Je suis avant tout une femme, un être humain, et on ne peut pas s’acharner comme ça sur un être humain. J’ai eu de la chance d’avoir toute ma famille et tous mes proches auprès de moi. Je sais qu’il y a des gens qui ne sont pas accompagnés et qui auraient pu avoir des idées sombres. J’ai eu de la chance d’avoir tenu tout au long de ces dix mois de calvaire."

Présente au stade Jean-Bouin à Paris mercredi soir pour assister au match de Ligue des champions féminine entre le Paris Saint-Germain et BK Häcken, Hamraoui s'est par ailleurs exprimée sur la remise en liberté sous contrôle judiciaire d'Aminata Diallo. "J'ai confiance en la justice, mais ce soir j'ai peur", a déclaré mercredi la joueuse du PSG, au micro de RMC Sport.

Aminata Diallo, désignée comme commanditaire des violences par les quatre autres suspects de l'affaire, sur fond de rivalité sportive intense, a été mise en examen le 16 septembre pour violences aggravées par trois circonstances et association de malfaiteurs. Ce contrôle judiciaire lui interdit notamment de quitter le territoire et d'entrer en contact avec les protagonistes et témoins de l'affaire.

Des éléments du rapport d'enquête de la police judiciaire de Versailles, dévoilés par RMC Sport et plusieurs médias, font état de la personnalité violente d'Aminata Diallo, d'une jalousie profonde à l'égard de Kheira Hamraoui, selon les enquêteurs, mais aussi de propos outranciers et menaçants tenus à l'égard de dirigeants, entraîneurs et joueuses du club parisien.

F.Ga avec BFMTV