RMC Sport

Fifa : le sport français pousse derrière Platini

Quelques heures après la démission de Sepp Blatter de son poste de président de la Fifa, de nombreux acteurs du sport français se sont déclarés favorables à une candidature de Michel Platini. Mais l’actuel patron de l’UEFA ne s’est pas encore prononcé sur ses intentions.

Ce mardi en fin d’après-midi, au cours d’une conférence improvisée, Sepp Blatter a annoncé qu’il démissionnait de son poste de président de la Fifa. Et à peine la date d’un nouveau congrès extraordinaire dévoilée (probablement entre décembre 2015 et mars 2016), le monde du sport français a choisi son candidat pour succéder au Suisse. Unanimement, le nom de Michel Platini est revenu sur toutes les lèvres.

Noël Le Graët et Frédéric Thiriez, les deux principaux dirigeants du football français, ont donné le ton. « Il va falloir trouver le meilleur candidat possible. Pour moi, c’est Michel Platini, qui gère l’UEFA de façon remarquable, a lâché le président de la FFF sur RMC. Le Prince Ali, je trouvais ça très sympa, mais le seul qui a un poids mondial c’est Michel. Après c’est un choix de vie. Au niveau mondial, je pense qu’il a une image qui peut rassembler. » Même son de cloche chez le patron de la LFP : « Pour moi, un nom s'impose pour la présider, celui de Michel Platini, immense footballeur qui s'est révélé ensuite un très grand dirigeant à la tête de la confédération européenne. Michel serait le président idéal pour la FIFA ! »

Bernard Caïzzo, président du comité de surveillance de l’AS Saint-Etienne, espère également que l’ancien meneur de jeu des Verts va se lancer. « C’est tout le système qui doit sauter, lâche-t-il. Et le seul homme en qui on peut avoir confiance, parce qu’il aime le football, c’est Michel Platini, et j’espère qu’il pourra y aller et faire le grand nettoyage. »

Kanner : « Platini aurait toutes les qualités »

Le monde politique pousse également pour une candidature de Platini. « Il pourrait être un excellent président, mais tout est remis à plat aujourd’hui, indique Patrick Kanner, le ministre des Sports. Il peut être tenté, il aurait toutes les qualités, mais c’est à lui de juger s’il peut être le bon candidat pour remettre sur les rails cette institution ». « Pour la suite, Michel Platini est un excellent dirigeant, mais le choix lui appartient et ce n’est pas à moi de m’immiscer dans sa décision », indique de son côté Thierry Braillard, secrétaire d’Etat aux Sports. Valérie Fourneyron, ministre des Sports entre mai 2012 et mars 2014, est également du même avis. « Il a démontré qu'il avait toutes les qualités pour relever le défi », a-t-elle tweeté.

Platini : « Si un jour il n’y a plus Sepp Blatter, on décidera »

Seul Jean-Michel Larqué, membre de la Dream Team RMC Sport, ne pense pas que le moment est propice pour Platini de se lancer dans cette élection pour la présidence de la Fifa : « Si Michel Platini est fidèle à ses engagements, et je le crois fidèle, ce n’est pas cette fois-ci qu’il se présentera à l’élection. Peut-être que des éléments extérieurs vont changer mais il a été plutôt réticent à se présenter et je ne pense pas que le nouveau paysage et la démission de Blatter vont l’inciter à être candidat. Il semblerait que le Prince Ali, le seul qui ait osé se frotter à Sepp Blatter, soit un candidat tout désigné. »

Interrogé sur le sujet lors d’une conférence tenue avant l’élection à la présidence de la Fifa, Platini avait d’ailleurs écarté une possible candidature, avouant ne pas être « très attiré par la position car le football est en Europe et je suis un homme de football. » Avant de préciser : « Si un jour il n’y a plus Sepp Blatter, on décidera. » L’heure du choix est peut-être arrivée. Et les soutiens sont nombreux.