RMC Sport

Fifa: Platini sans adversaire ?

Zico

Zico - AFP

Michel Platini a annoncé ce mercredi sa candidature à la présidence de la Fifa, dont l’élection aura lieu le 26 février prochain. Et le patron de l’UEFA peut déjà se projeter sur son futur poste, tant la concurrence ne semble pas de taille face à lui.

Il a pesé le pour et le contre. Longuement. Et il a finalement décidé de se lancer. Comme pressenti ces dernières semaines, Michel Platini a annoncé ce mercredi sa candidature à la présidence de la Fifa. Avec la sérénité d’un futur vainqueur. A 60 ans, l’ancien n°10 des Bleus se trouve face à un boulevard sur la route de l’élection, prévue le 26 février prochain. Et il le sait bien.

Fort de son expérience à l’UEFA, dont il est président depuis 2007, « Platoche » a déjà le soutien de l’Europe, de l’Amérique du Sud (CONMEBOL), de l’Amérique du Nord et des Caraïbes (CONCACAF) et de l’Asie (AFC). Soit près de 144 voix sur 209. Autant dire que le suspense est déjà rentré aux vestiaires. Pour faire l’unanimité, Platini devra tout de même convaincre l’Afrique et l’Océanie, les soutiens de Sepp Blatter. Ce dernier, démissionnaire après le scandale de corruption qui éclabousse la Fifa, tentera peut-être de lui savonner un peu la planche.

Zico manque de soutien, Maradona de crédibilité

Son principal rival risque d'être le prince Ali bin Al Hussein, que Platini avait pourtant soutenu face à Blatter. Dans un communiqué, le Jordanien a vivement critiqué la candidature du triple triple Ballon d’Or (1983, 1984, 1985), estimant que « la culture des arrangements en sous-main doit prendre fin ». Pour le reste, la concurrence n’a rien de redoutable pour l’instant. Loin de là. Zico se verrait bien à la tête du football mondial, mais l’ancien maestro brésilien manque de soutien.

Malgré ses récentes déclarations, Diego Maradona ne semble pas très crédible dans sa démarche. Et Musa Bility, le président de la Fédération libérienne, manque de notoriété hors d’Afrique. A moins qu’un prétendant très sérieux ne se déclare dans les prochains mois (les candidats ont jusqu’au 26 octobre pour le faire), Platini a de grandes chances de devenir le troisième Français à s’installer sur le trône du football mondial. Après Robert Guérin et Jules Rimet.