RMC Sport

L’avocat de Benzema : "Il a été l’intermédiaire pour arranger cette affaire"

Alain Jakubowicz, l’avocat de Karim Benzema, était l’invité de Larqué Foot sur RMC. Il dénonce les fuites dans la presse qui, selon lui, stigmatisent son client dans l’affaire du chantage supposé à la sextape de Mathieu Valbuena.

Les fuites dans la presse

« Ça suffit ! Ça suffit ! Cette façon de faire est absolument scandaleuse. On voudrait conditionner le malheureux Mathieu Valbuena, qui est une victime dans cette affaire, on n’agirait pas autrement. Il y a quelqu’un qui est derrière le rideau et qui alimente la presse de manière insidieuse. J’ai l’impression d’avoir un serial killer face à moi. Je sais qu’il veut me tuer. Je ne sais pas où il va frapper, ni quand. Les journalistes sont là, ils prennent et puis diffusent tout ça à dose homéopathique, comme une sorte de supplice. C’est inacceptable.

Moi, j’attends que les journalistes disent : "ça suffit, on ne joue plus, il y en a assez !" Je vais vous dire, je vais le trouver, celui qui fait ça ! J’ai quelques indications parce que les journalistes sont tellement écœurés qu’ils commencent à parler. Je vais le traquer, je vais déposer cette plainte parce que cette façon de faire, de tromper le dossier de cette façon-là, est inacceptable. Mathieu Valbuena sait comment ça s’est passé, mais la façon dont on le conditionne aujourd’hui…

(…) Ça suffit cette façon de faire, parce que ces scoops à longueur de journées font du mal à Karim et à sa famille. J’étais avec lui hier à Madrid, il ne demande qu’une chose, il est concentré sur son Clasico. Il est en forme et il va jouer. Sa revanche, pour ne pas dire sa vengeance, il l’aura sur le terrain en Espagne. Et je suis convaincu qu’il l’aura sur le terrain en France, avec l’équipe de France.

(…) D’ailleurs, la justice fonctionne à l’envers, on aurait dû d’abord interroger Mathieu Valbuena avant tout ce cirque absurde pour lui demander comment s’est passée cette discussion. Il aurait dit très librement comment ça s’est passé, tel que Karim Benzema me l’a raconté. C’est-à-dire une discussion entre copains, il le prévient d’un truc, et il n’y aurait pas eu toute cette affaire. On a mis la charrue avant les bœufs. »

La véracité des propos tenus en garde à vue

« Bien sûr qu’il a tenu ces propos en garde à vue. Mais le problème, c’est qu’il faut les replacer dans un contexte général. C’est ce que je dénonce. Le terme d’intermédiaire, tel qu’on a conditionné l’opinion publique, ça ne peut être que le salaud qui a voulu prendre de l’argent. Mais ce n’est pas du tout ça, dans l’histoire. N’oubliez jamais que Karim Benzema a lui-même été victime d’une tentative de chantage. Et qu’est-ce qu’il a fait ? Il a été voir des voyous, des tueurs ? Pas du tout, il est allé voir la police, la justice et on a réglé cette affaire.

Il a été l’intermédiaire pour arranger cette affaire, pour que Valbuena ne soit pas inquiété. C’est le seul qui a eu le courage et l’honnêteté de lui dire : "Je suis au courant pour ton histoire de vidéo. C’est dégueulasse, cette histoire". Son ami (Karim Zenati, ndlr), à tort ou à raison, avait pour but, en tout cas c’est comme ça que Karim l’entend, de régler cette affaire. On a présenté son ami comme étant un voyou. Si cette personne était destinée à en imposer aux petits voyous marseillais qui essayaient de faire chanter Valbuena ?

C’est un scenario parfaitement plausible, mais on conditionne l’opinion publique. Le corbeau qui est derrière le rideau noir et qui est en train de truquer ce dossier, il conditionne tout le monde mais ce n’est pas du tout la réalité. Karim est parfaitement clair là-dessus et il est persuadé que Valbuena présentera cette conversation telle qu’elle s’est réellement passée, c’est-à-dire ni agressive, ni chantage, ni quoi que ce soit. »

L’emploi du mot « tarlouze » pour qualifier Valbuena

« (Rires) Dire que le langage de ces messieurs est un peu poétique et de temps en temps un peu macho… Mais là-aussi, il s’en explique. Le nom de Karim sort dans cette affaire, il est furieux et il dit : "Ils me l’ont encore fait à l’envers, ce n’est quand même pas cette tarlouze…" Mais il parle de son pote, parce que c’est son copain, Mathieu Valbuena ! Tout le monde le sait.

Il est énervé à ce moment-là, car il pense que Valbuena a dit ça à la presse. Et pour tout vous dire, puisqu’on en est aux violations de secret, allons-y allègrement : il y a eu une conversation entre Valbuena et Karim. Mathieu l’a appelé pour lui dire : je n’ai jamais rien balancé, ne t’inquiète pas, pas de problèmes. C’est la réalité du dossier qui ressortira car on va prouver cet appel si on en a besoin. »