RMC Sport

Le Havre: la vive émotion de Le Guen après la mort de Revault

Paul Le Guen, entraîneur du Havre, a rendu un hommage plein d'émotion à Christophe Revault, ancien gardien du club qui est décédé brutalement jeudi, à l'âge de 49 ans.

L'émotion n'est pas retombée au Havre, après le décès brutal de Christophe Revault jeudi à l'âge de 49 ans. L'ancien gardien formé au club était, depuis la fin de sa carrière de joueur, salarié du HAC. Les circonstances de sa mort ne sont pas connues et une enquête a d'ailleurs été ouverte.

Aujourd'hui entraîneur du Havre, Paul Le Guen, son ancien coéquipier et coach, était très ému au moment de lui rendre hommage. "Cela a été un choc pour moi et pour tout un club, résume le technicien du HAC sur Canal+. Il était jeune et partir de cette façon, à cet âge-là, c'est choquant. On est encore sous le choc. Il était salarié du club, je ne doute pas qu'ill m'aurait envoyé un message hier, après le match." Vendredi, lors du multiplex de l'avant-dernière journée de Ligue 2, les Havrais se sont imposés 5-3 à Valenciennes.

"Christophe était recruteur, chargé de nous repérer des joueurs. Il avait l'oeil, un amour véritable du club, il voulait que le HAC fonctionne bien et gagne, poursuit Paul Le Guen. Il avait une vraie gentillesse, il aimait le foot. Je trouve qu'il incarnait le foot d'avant, convivial, il aimait la vie de groupe. Il aimait le foot, peu importe le niveau. C'est une grosse perte."

"Il avait presque créé un style"

S'ils ont joué ensemble, Paul Le Guen a aussi entraîné Christophe Revault à Rennes, lors de sa première expérience sur un banc. "J'ai de bons souvenirs mais aussi d'autres douloureux. Il avait fait une très bonne première saison à Rennes, on était très bien classés, on jouait un match très important à Lyon à une ou deux journées de la fin. Il se blesse, se fait les croisés du genou... Il était vraiment très fort à cette époque, cela avait marqué le joueur et le staff. Il avait son style, il était très présent sur sa ligne, c'était une masse. Il avait presque créé un style, avec ses arrêts réflexes. Je crois que les défenseurs aimaient bien l'avoir derrière eux."

Plusieurs hommages lui ont été rendus sur les terrains et aux abords des stades vendredi soir, par le HAC mais aussi Toulouse, où il avait également joué. "Il représentait beaucoup, conclut Le Guen. Il était proche des supporters. Depuis jeudi soir, ça se ressent beaucoup."

https://twitter.com/apobouchery Apolline Bouchery Journaliste RMC Sport