RMC Sport

Barça: "Koeman s'est auto-détruit", la tension est à son comble dans les coulisses du club

Deux proches de Joan Laporta, le président du Barça, ont répondu à Ronald Koeman, après les critiques de l'entraîneur visant les prises de position publiques de son patron.

Les couloirs du siège du FC Barcelone sont traversés par des crispations. Des tensions qui ont resurgi dans la presse à la veille de l’entrée en lice du club en Ligue des champions, face au Bayern Munich. Question timing, on a vu mieux. Très irrité par les propos tenus par son président, Joan Laporta, celui-là même qui a jugé bon de le maintenir en place en fin de saison dernière, alors que d’autres poussaient pour son renvoi, Ronald Koeman a estimé qu’il était judicieux de lui répondre franchement par médias interposés.

"Ma relation avec Laporta s’est améliorée, a-t-il expliqué à NOS, avant d’attaquer plus frontalement son patron. Mais la semaine dernière, il s’est passé quelque chose que je considère comme néfaste. Il a suggéré que l’entraîneur ne dispose pas de tous les pouvoirs. Il a trop parlé." Les mots sont lâchés. Koeman n’a pas apprécié que son président fasse passer des messages par voie de presse. "Cela peut se faire en privé, a-t-il complété. J'apprécie quand un président s'engage et pose des questions. Seulement, cela ne devrait pas se faire dans la presse, c'était le problème."

>> Suivez le Barça en Ligue des champions sur beIN Sport grâce à l'offre Pack Sport de RMC Sport

"Koeman ? Laporta le garde contre toute logique"

Les déclarations de Koeman ne sont évidemment pas passées inaperçues, c’était le but, reste à voir si elles auront le résultat escompté. Car elles ont suscité beaucoup de réactions, parfois surprenantes, dont une, publique, du directeur de campagne de Joan Laporta lors de sa dernière élection. "Koeman s'est auto-détruit. Laporta le garde contre toute logique et il est en train de le payer en créant des feux et encore des feux", a estimé Lluis Carrasco depuis son compte Twitter personnel.

"Laporta fait des erreurs mais il sait jusqu'où il peut aller. Si tu hésites, tu es mort. Regarde Ilaix...", a-t-il ajouté en allusion à la rupture des négociations avec le jeune joueur de 18 ans parti rejoindre le RB Leipzig. Lluis Carrasco n’a pas été le seul à commenter la sortie intempestive de Koeman. Enric Masip, adjoint à la présidence du FC Barcelone, y est allé de son petit commentaire sur les réseaux sociaux, en réponse aux déclarations de Koeman assurant que si le club a de l'avenir, "c'est grâce à moi".

"Le club a un avenir grâce au changement de conseil d'administration et de président qui a évité le désastre", a opposé Enric Masip. "Cela aurait pu être la fin du club. Ce ne sont pas seulement des mots, c'est une réalité, le Barça ne pouvait pas payer la masse salariale. Merci à certaines personnes courageuses d'être arrivées", a conclu Masip.

QM