RMC Sport

Liga: encore un penalty qui fait jaser pour le Real, contre Alavés

Après un contact dans la surface du Deportivo Alavés entre Ferland Mendy et Ximo Navarro, Karim Benzema a ouvert le score sur penalty pour le Real Madrid ce vendredi. Il s'agit du quatrième penalty accordé aux Madrilènes depuis la reprise de la Liga et il fait lui aussi polémique.

Nouvelle polémique pour le Real Madrid. C’est sur un nouveau penalty que les hommes de Zinedine Zidane ont ouvert le score ce vendredi face au Deportivo Alavés, à l’occasion de la 35e journée de Liga, au stade Alfredo Di Stefano. Les visiteurs ont été sanctionnés à la 10e minute de jeu pour un contact dans la surface entre Ximo Navarro et Ferland Mendy.

L’ancien latéral gauche de l'OL, très en vue en première période, s’est écroulé après avoir été touché au niveau de la jambe par le défenseur espagnol.

L’arbitre Jesús Gil Manzano a désigné le point de penalty et a été conforté dans sa décision par le VAR, sans qu’il aille lui-même consulter les images. En l’absence de Sergio Ramos, suspendu, c’est Karim Benzema qui a pris ses responsabilités en ouvrant le score d’un tir croisé du droit qui a pris Roberto Jiménez à contre-pied.

Quatre penalties pour le Real depuis la reprise

Depuis la reprise de la Liga post-coronavirus, le Real en est désormais à quatre penalties obtenus: un contre la Real Sociedad (2-1), un autre face à Getafe (1-0), encore un autre sur la pelouse de l’Athletic Bilbao (1-0) et donc celui-ci contre Alavés.

Des penalties qui ont déclenché des polémiques et contraint Zidane à hausser le ton. "Je suis fatigué. On dirait que tous les matches que l'on gagne, c'est uniquement grâce aux arbitres. Il faut respecter ce que font les joueurs sur le terrain", clamait-il dimanche dernier après la victoire des siens à Bilbao.

Il ne devrait pas échapper à de nouvelles questions après le nouveau penalty accordé à son équipe. Le quotidien catalan Sport, à titre d’exemple, a aussitôt évoqué sur son site "une nouvelle action polémique qui met le Real devant". Toni Freixa, ancien candidat à la présidence du FC Barcelone et ex-membre de la direction sportive du club blaugrana, a lui résumé sur Twitter le sentiment partagé par de nombreux supporters du Barça: "C’est une blague."

RR