RMC Sport

Lucas Hernandez a jusqu'au 28 octobre pour entrer en prison en Espagne

Après que la justice espagnole a ordonné l’incarcération du défenseur français Lucas Hernandez pour ne pas avoir respecté une mesure d’éloignement imposée après une dispute avec sa compagne Amelia de la Osa Lorente, le champion du monde a jusqu’au 28 octobre pour entrer en prison en Espagne, à moins que son recours soit accepté.

On en sait un peu plus sur l'affaire Lucas Hernandez. Le défenseur international français, qui évolue au Bayern Munich, a jusqu'au 28 octobre pour entrer en prison en Espagne sauf si son recours est accepté. Comme annoncé par plusieurs médias espagnol dont la radio Cadena COPE, le joueur de 25 ans s'est présenté "volontairement à 11H30 aujourd'hui (lundi), un jour avant sa convocation", a indiqué dans un communiqué le Tribunal Supérieur de Justice de Madrid (TSJ). Il a "un délai de dix jours pour entrer volontairement en prison" sauf si son recours est accepté à temps et lui permet d'éviter l'incarcération, selon le TSJ.

Le joueur a fait appel contre son incarcération, mais il reste désormais à savoir si l'instance en charge d'examiner son recours lui répondra favorablement et dans le délai imparti afin de lui éviter la prison, a précisé à l'AFP une source au sein du tribunal.


Lucas Hernandez et sa compagne Amelia Lorente avaient tous deux été condamnés pour violences conjugales en février 2017 après une rixe. Ils avaient écopé de 31 jours de travaux d'intérêt général assorti d'une interdiction pendant six mois de s'approcher à moins de 500 mètres l'un de l'autre et de communiquer. Réconcilié, le couple s'était marié quelques mois plus tard et c'est en rentrant de leur lune de miel que le joueur avait été interpellé à l'aéroport de Madrid pour avoir transgressé cette mesure d'éloignement. Amelia Lorente n'avait elle pas été arrêtée, car cette interdiction d'entrer en contact ne lui avait pas encore été notifiée formellement, et elle n'était donc pas considérée comme en tort.

Lucas Hernandez avait finalement été condamné en 2019 à six mois de prison, une peine dont il avait fait appel. Cet appel a été rejeté la semaine dernière par la justice qui a estimé qu'il s'agissait d'"un délinquant récidiviste". De fait, en plus de la condamnation "pour un délit de blessures dans le cadre de violences conjugales" et pour non-respect de la mesure d'éloignement, Hernandez s'était vu infliger "une autre condamnation" pour des faits similaires par un tribunal de Mostoles, ville de la banlieue de Madrid.

ABr avec AFP