RMC Sport

MLS: comment Toronto tente de draguer Griezmann

Antoine Griezmann

Antoine Griezmann - AFP

Antoine Griezmann apprécie le sport américain, et de l’autre côté de l’Atlantique, ça n’est pas passé inaperçu. Le club du Toronto FC a remarqué que l’attaquant des Bleus avait, dans sa garde-robe, un maillot des Toronto Raptors. De quoi pousser la formation de MLS a lancé une perche au buteur français.

Non, Antoine Griezmann ne va pas, sauf énorme (mais alors vraiment énorme) surprise, quitter l’Atlético de Madrid pour la Major League Soccer. En tout cas, ce n’est pas prévu pour l’instant. Mais dans le championnat de football nord-américain, on semble suivre avec intérêt l’évolution de la carrière du Français. Au Canada, plus précisément, un club s’est manifesté sur les réseaux sociaux.

Toronto se positionne, mais New York a de beaux arguments

Tout est parti d’une photo publiée par un internaute sur Twitter. Sur le cliché, on voit Antoine Griezmann vêtu d’un maillot des Toronto Raptors, une franchise de NBA. Le club de football du Toronto FC s’en est aperçu et s’est permis un petit tweet amusé : "Alors Antoine Griezmann, on voit que tu aimes représenter Toronto, hein ? ;)". Il n’en fallait pas plus pour pousser les fans du Toronto FC – où joue en ce moment l’ancien Auxerrois et Marseillais Benoît Cheyrou – à demander le transfert du buteur.

Mais il y a bien peu de chances pour qu’un simple combo "maillot des Raptors + tweet" soit suffisant pour pousser Antoine Griezmann à rejoindre le Toronto FC. D’autant plus qu’en décembre dernier, l’attaquant des Bleus était de passage aux Etats-Unis pour quelques jours de vacances et qu’il en a profité pour aller voir les New York Knicks. Il s’est même vu remettre un maillot de la franchise new yorkaise à son nom de la part de Derrick Rose, ce dernier recevant en échange un maillot de l’Atlético floqué. Bref, Griezmann aime pas mal d’équipes en NBA. Mais sans doute pas assez pour dire adieu au football européen à seulement 26 ans (c’est d’ailleurs son anniversaire ce 21 mars, et la NBA ne l’a pas oublié).

N.B