RMC Sport

Real Madrid: Luka Jovic, un an et demi de flop

Recruté pour 60 millions d'euros à l'été 2019, Luka Jovic vient d'être prêté jusqu'à la fin de la saison à l'Eintracht Francfort, son ancien club. Un désaveu de la part du Real Madrid, où le buteur serbe n'a jamais su trouver ses marques en un an et demi.

Retour à la case départ pour Luka Jovic. Arrivé à l'été 2019 au Real Madrid avec le statut de très grand espoir, l'attaquant serbe retourne à l'Eintracht Francfort. "Jovic va nous être prêté jusqu'à l'été", avait affirmé Fredi Bobic, le directeur sportif de l'Eintracht, en début de semaine. Le Real Madrid a confirmé l'opération ce jeudi et offre l'opportunité à Jovic de se relancer.

Car depuis son transfert pour 60 millions d'euros il y a un an et demi, Jovic n'a jamais su répondre aux espoirs placés en lui et a enchaîné les désillusions, faisant de lui l'un des plus gros flops de l'histoire du Real. Après une saison 2018-2019 particulièrement réussie avec Francfort (27 buts et 7 passes décisives), le Serbe signait un contrat longue durée de six ans chez les Merengues à 21 ans, avec pour objectif de venir suppléer un Karim Benzema à l'âge avancé (33 ans).

Le doute s'est très vite installé

Mais dès les premières semaines, la greffe ne prend pas. Alors que le Français brille sur les pelouses de Liga et de Ligue des champions, Jovic cire le banc de touche. Décrit comme un tueur face aux buts, le Serbe vendange beaucoup et ne trouve le chemin des filets qu'au bout de dix matches. Les doutes ne tardent pas à s'installer autour de l'arrivée de ce jeune joueur discret, qui ne parvient pas à se faire une place dans le vestiaire de stars du Real.

Au-delà de ses performances sportives décevantes, l'échec de Jovic au Real s'explique également par des déboires en-dehors des terrains. Au tout début du confinement, alors que l'épidémie de Covid-19 frappe le continent européen, Jovic est aperçu en public en Serbie à la fête d'anniversaire de sa compagne. Une présence qui crée la polémique puisque le buteur devait initialement respecter une période de quatorzaine à son arrivée d'Espagne. Poursuivi par la justice serbe, Jovic évite la case prison lorsque, mi-novembre, seule une amende de 30 000 euros lui est infligée.

Jovic "déprimé" en mai dernier

Le buteur serbe n'a pas non plus été épargné par les blessures. En mai, son père Milan décrit un Jovic "déprimé" suite à une fracture du pied qui l'empêchera de participer à la reprise de la Liga en juin. "Une certaine peur s'est emparée de lui. Non seulement à cause de sa blessure, mais aussi parce qu'aucun joueur serbe n'a eu de chance au Real. C'est terrible. Il se préparait à Belgrade en suivant le programme envoyé par le club. Pendant un exercice, il a ressenti une grande douleur. Il se préparait comme jamais pour revenir et être le meilleur", déclarait ainsi Milan Jovic au site Kurir.

Et pour couronner le tout, Jovic a également contracté le Covid-19 en novembre, lors de son retour d'un stage avec l'équipe nationale serbe, durant lequel il avait inscrit un doublé. Également gêné par des problèmes musculaires, Jovic n'a disputé que quatre rencontres de championnat cette saison, passant même derrière Mariano Diaz dans la hiérarchie des buteurs du Real.

Son duo avec Benzema a fait long feu

Pourtant, en début de saison, Zinédine Zidane se montrait enthousiaste sur un possible duo d'attaque Jovic-Benzema: "Ils peuvent jouer ensemble. On va jouer tellement de matches et on va les jouer de différentes façons. Chaque match est une histoire différente. Chaque adversaire est différent et vous devez choisir parmi les joueurs disponibles". Fin septembre, Zizou teste ainsi sa paire d'attaquants, sans succès. L'opération fait long feu, et Jovic retrouve le banc après seulement deux matchs comme titulaire.

Après un an et demi à Madrid, Jovic quitte donc provisoirement la capitale espagnole avec un très maigre bilan: 32 matchs, dont huit seulement comme titulaire, pour deux buts inscrits. En septembre dernier, l'hypothèse d'un prêt d'une saison était déjà évoqué par les médias espagnols pour relancer Jovic. Finalement, le buteur serbe n'aura que six mois pour retrouver son efficacité, dans un club et un championnat qu'il affectionne. Avant de retrouver le Real Madrid qui, passé la déception des 18 premiers mois, en attendra beaucoup plus de son joueur à son retour.

DM