RMC Sport

Ancelotti: "Revenir au PSG ou au Real ? Je n’exclus rien"

Carlo Ancelotti

Carlo Ancelotti - AFP

EXCLU RMC SPORT. Invité exceptionnel de Luis Attaque, Carlo Ancelotti a évoqué son année sabbatique avant de balayer l’actualité du Real Madrid et du PSG, deux clubs qu’il n’exclut pas d’entraîner à nouveau. Zidane entraîneur, le niveau de Benzema, la relation entraîneur-joueurs : le technicien italien n’élude aucun sujet. Entretien.

Carlo Ancelotti, vous êtes en année sabbatique. Le football vous manque-t-il ?

Non, pas trop. J’ai décidé de rester libre une année. J’aime le football, je vais voir tous les matches et je pense que c’est bon pour moi de faire ça.

Comptez-vous retrouver un banc dès la saison prochaine ?

Oui, j’espère. Je dois trouver un club, et j’espère un bon club, pour retourner au travail et revenir dans ce monde que j’aime beaucoup.

Avez-vous refusé le poste à Liverpool ces dernières semaines ?

Non. Je n’ai pas parlé avec Liverpool. Quelques clubs m’ont sollicité, surtout le Milan AC avant le début de la saison. Mais j’ai préféré rester libre. Je devais m’occuper de la santé de mon dos, je l’ai fait et maintenant je suis très bien physiquement. Parfois, c’est bien de pouvoir récupérer et rester un peu libre.

Avez-vous mal vécu votre départ du Real ? 

Ce n’était pas facile à vivre, oui. Ma relation avec les joueurs était très bonne. On a beaucoup gagné ensemble. A cause de cela, j’étais un peu désolé de cette décision. Mais ça fait partie du foot. Quand j’ai signé au Real, je savais que si tu ne gagnes pas là-bas, tu es viré. Je l’ai donc compris. Il me reste de très beaux souvenirs de mes deux années là-bas mais désormais je regarde devant moi.

« Ibrahimovic ou Ronaldo sont les joueurs les plus faciles à entraîner »

Est-il possible de vous voir revenir un jour au Real ?

Le Real est un grand club. Cette année, je ne veux pas entraîner. Mais tout peut se passer l’année prochaine. J’ai de très bons souvenirs de Madrid mais aussi de Paris et de Chelsea. Après, le club a fait un choix et il faut l’accepter. Revenir un jour à Chelsea, au PSG ou au Real ? Je n’exclus rien. J’ai de très bons souvenirs des trois équipes dont j’ai été viré. Donc pourquoi pas.

Le Real vient d’être laminé 4-0 lors du clasico, Rafa Benitez se retrouve sur la sellette et la rumeur Zidane se fait de plus en plus insistante. Zidane ferait-il un bon entraîneur pour Real ?

Zidane a un CV fantastique comme joueur et il est en train de se faire une bonne expérience d’entraîneur. Il a toutes les qualités pour être un entraîneur fantastique, le charisme, la personnalité, l’expérience. Dans le futur, il sera peut-être l’entraîneur du Real et d’une autre équipe. Mais je suis sûr qu’il va réussir en tant qu’entraîneur. En a-t-il les capacités dès aujourd’hui ? Je le pense. J’en suis même sûr. Quand je suis arrivé à Madrid, il m’a beaucoup aidé. Il a une très bonne relation avec Karim Benzema, avec Raphaël Varane. Il connaît très bien l’ambiance du club et c’était très important pour moi de travailler avec lui pendant un an. Je pense qu’il peut vraiment être un grand entraîneur dans le futur. Il a beaucoup de charisme et de personnalité, une carrière fantastique, et les joueurs écoutent quand Zidane parle. Il a une excellente relation avec eux. 

Vous donnez l’impression d’avoir fait de la relation avec les joueurs votre plus grande force de manager…

En général, la chose la plus importante pour un entraîneur, c’est la relation avec les joueurs. Tu peux parler de tactique ou de technique mais si tu n’as pas cela, tu ne peux pas mettre en place un système où ils peuvent travailler. Au Real, j’ai trouvé une équipe fantastique. Des joueurs très professionnels, très sérieux. Je peux dire la même chose sur le PSG. Cette relation joueurs-entraîneur est la plus importante. Tu as une idée du football que tu veux pratiquer mais ce sont les joueurs qui doivent la porter sur le terrain. Si tu n’as pas une bonne relation avec eux, c’est plus difficile. Si on parle d’Ibrahimovic ou de Ronaldo, dans mon opinion, ce sont les joueurs les plus faciles à entraîner. Ils sont sérieux, professionnels, ils ont beaucoup de qualités et ils marquent beaucoup de buts. Pour un entraîneur, c’est important car si tu veux gagner, il faut marquer des buts. Je parle en général car je ne connais pas ce qui se passe en ce moment dans le vestiaire du Real. 

D’autres façons de manager peuvent marcher, à l’image d’un José Mourinho…

Je pense que Mourinho a une très bonne relation avec ses joueurs. J’ai parlé à beaucoup de joueurs qu’il a entraînés et ils ont tous un très bon souvenir de lui. Il a un caractère différent et une de ses caractéristiques, c’est le fait d’arriver à motiver ses joueurs de façon très forte.

« Si France veut avoir une chance de gagner l’Euro, elle aura besoin de Benzema »

Le débat sur les performances de Karim Benzema fait rage en France, où il a souvent déçu avec l’équipe nationale. Que pouvez-vous nous dire sur ce joueur ?

Pour moi, c’est un grand avant-centre. Mais pas seulement. C’est un grand joueur de football, complet. Il peut marquer, jouer collectif, aider l’équipe à jouer mieux. C’est un des meilleurs avant-centres au monde. Et l’avant-centre idéal pour le Real. Avec des joueurs comme Ronaldo et Bale, Karim est le joueur parfait pour les compléter. Avec l’équipe de France, il n’a peut-être pas réussi à jouer au même niveau qu’au Real. Mais je pense que si la France veut avoir une chance de gagner l’Euro, elle aura besoin de Karim dans sa meilleure condition.

Le PSG cherche à prolonger le contrat de Laurent Blanc. Est-ce une bonne idée ?

Oui. Une des choses les plus importantes pour un club, c’est la continuité au niveau de l’entraîneur. Si tu as la possibilité de faire ça, c’est bon pour le club, pour les joueurs et pour les résultats. Laurent est en train de faire un travail fantastique. Cette année, il a encore plus de possibilités d’être compétitif en Ligue des champions. J’espère que le PSG va faire une grande Ligue des champions. Ils ont montré un jeu fantastique contre le Real et ils ont perdu. Mais le plus important, c’est que l’équipe a montré beaucoup de personnalité sur un terrain difficile.

Le PSG peut-il gagner cette Ligue des champions cette saison ?

Oui, je pense. Contre le Real, l’équipe a montré de la personnalité et du contrôle dans le jeu. Elle a perdu mais elle a eu beaucoup d’opportunités. Le plus important, c’est que l’équipe ait l’envie et l’ambition d’être compétitive.

Vous avez gardé une bonne relation avec Nasser Al-Khelaïfi, le président parisien. Discutez-vous souvent du PSG avec lui ?

Non. J’ai de bonnes relations avec lui, il m’a invité plusieurs fois voir des matches à Paris mais on ne va pas discuter du PSG. Je parle avec les joueurs et ils sont très contents. J’ai une bonne relation avec Ibra, par exemple. Il reste fantastique, phénoménal.

Zlatan peut-il continuer au plus haut niveau ? L’imaginez-vous rester au PSG en fin de saison ?

Ce sera le choix personnel de Zlatan. S’il veut continuer, il peut le faire sans problème. Je ne sais pas pour combien d’années mais en ce moment, il est dans une condition fantastique en club comme en équipe nationale. Il a toujours une motivation extraordinaire.

« Le Real ne peut pas lâcher Ronaldo »

Aimeriez-vous devenir sélectionneur de l’Italie un jour ?

Peut-être. Maintenant, la chose que j’aime, c’est entraîner tous les jours, préparer les entraînements avec les joueurs. Quand je changerai un peu mon idée sur ce plan, je pourrai penser à entraîneur une équipe nationale. Mais pas maintenant. Dans quelques années. Après, je suis italien et supporter de l’Italie. L’Italie peut faire un bon Euro car elle a un très bon entraîneur avec Antonio Conte.

On a l’impression que votre aventure au PSG s’est terminée trop tôt…

Ce sont les choses de la vie du foot. J’avais perdu un peu confiance dans le club et j’ai décidé de changer. Mais ce sont des choses du passé et je veux penser au futur, à trouver un bon club pour l’année prochaine.

Avec le recul, comment expliquez-vous cette perte de confiance avec le PSG ?

Au début, tout le monde évoquait un projet de trois-quatre ans. Mais pendant la deuxième saison, quand on a perdu quelques matches, le club a un peu perdu confiance en mon travail et c’est à ce moment-là que j’ai pensé à changer de club en fin de saison.

Y a-t-il un style tactique Ancelotti ?

Je n’ai pas de style. Je cherche à mettre en place une équipe et je dois donc surtout considérer les caractéristiques des joueurs. Je dois mettre en place un système où les joueurs sont à l’aise et se sentent bien. C’est la chose la plus importante. Au début, quand j’avais moins d’expérience, j’utilisais le système du 4-4-2. Et j’ai changé quand j’ai eu à entraîner Zidane à la Juventus. Je ne pouvais pas changer la position de Zizou. Je devais mettre en place un système où il était mis dans les meilleures dispositions sur le terrain. C’était pareil avec un Cristiano Ronaldo. Ensuite, la grande star doit mettre ses qualités au service du collectif.

Cristiano Ronaldo au PSG, ça pourrait marcher ?

Dans le foot, tout peut se passer. Mais je pense que Cristiano va finir sa carrière au Real. C’est un joueur très important pour le Real. Il l’était, il l’est encore et il le sera. Pour tout ça, je pense que le Real ne peut pas lâcher Ronaldo. Mais s’il pense que c’est le moment de lâcher le club, Paris est sûrement une bonne solution. »

Vous avez vécu à Paris. Comment avez-vous réagi aux terribles attentats qui ont touché la ville ?

Je suis très triste de tout cela. Ce qui s’est passé à Paris touche tout le monde. Ils essaient d’attaquer notre liberté et la meilleure chose à faire, c’est continuer de vivre normalement et tranquillement. Ce n’est pas possible d’inquiéter notre liberté.

la rédaction avec Luis Attaque