RMC Sport

Bastia-OL: violentes bagarres avant le match et à la mi-temps entre supporters bastiais et joueurs de l'OL

Trois jours seulement après les évènements qui ont émaillé le quart de finale aller de Ligue Europa entre l’Olympique Lyonnais et Besiktas au Parc OL, le sort s’est acharné sur le club rhodanien. En déplacement à Bastia ce dimanche (17h), les joueurs de l’OL ont vu débarquer une horde de supporters corses sur le terrain, pendant leur échauffement, retardant ainsi le coup d’envoi. A la mi-temps, une bagarre a de nouveau éclaté.

C’est une semaine très compliquée pour le football français et européen. Après les explosions sur la route du bus de Dortmund mardi et l’envahissement de terrain au Parc OL à quelques minutes du coup d’envoi du quart de finale aller de Ligue Europa entre l’OL et Besiktas jeudi, de nouveaux évènements ont émaillé l’avant-match des Lyonnais à Bastia. Présents au stade Armand-Cesari pour affronter la lanterne rouge de l’élite, les joueurs de l'OL ont en effet été pris à partie par une frange de supporters corses.

A lire aussi >> OL-Besiktas: ce qu'a dit Aulas aux supporters du virage sud (où il est resté en première période)

Une bagarre générale avec les joueurs de l’OL

Durant leur échauffement, les coéquipiers d’Alexandre Lacazette, mis au repos ce week-end par Bruno Genesio, ont ainsi vu débarquer des dizaines de supporters de Bastia de la tribune est du stade Armand-Cesari. Certainement venus en découdre, ces derniers ont déclenché une bousculade générale. Des coups ont été échangés. Les joueurs lyonnais, choqués par cette intrusion, ont pu finalement rentrer dans les vestiaires. Le coup d’envoi de la rencontre a lui été décalé d'environ une heure. 

A lire aussi >> OL: pour Aulas, aller jouer à Besiktas c’est "moins dur qu’à Bastia"

Memphis Depay et Mathieu Gorgelin visés

Sur les images, on aperçoit clairement que la bagarre générale part d'une altercation verbale entre Memphis Depay et un supporter bastiais. Des membres du groupe Bastia 1905 ont alors débarqué sur la pelouse en prenant à partie l'attaquant néerlandais ainsi que Mathieu Gorgelin, le gardien remplaçant de l'OL. S'en est suivi une grosse échauffourée donc, avec des coups échangés entres supporters corses et joueurs olympiens. Jordan Ferri répond notamment avec un coup de pied.

A lire aussi >> OL-Besiktas: 12 interpellations et 7 blessés après les incidents

Une réunion à la mi-temps

Anthony Lopes et ses partenaires, qui ont passé plusieurs dizaines de minutes retranchés dans leur vestiaire, ont fini par ressortir pour s'échauffer à nouveau à 17h40. Vers 17h30, une réunion avait en effet été organisée entre les deux capitaines, le Lyonnais Maxime Gonalons et le Bastiais Yannick Cahuzac, les deux présidents de clubs Pierre-Marie Geronimi et Jean-Michel Aulas, l'arbitre de la rencontre Amaury Delerue, le délégué de la Ligue de football professionnel (LFP) et la préfecture.

A lire aussi >> Bastia-Lille: des banderoles des supporters corses en faveur d'Eder, le tombeur de la France

Une nouvelle bagarre à la mi-temps

Le coup d'envoi sera finalement retardé de 50 minutes. La première période se déroulera tant bien que mal, avant qu'une bagarre générale n'éclate à nouveau à la mi-temps. Anthony Lopes, le gardien lyonnais jette un regard vers le public bastiais, quand un officiel corse vient à sa rencontre. Le portier de l'OL pousse alors ce dernier, avant que des dizaines de personnes ne refassent de nouveau leur apparition sur le terrain pour en découdre. Des coups sont échangés, et un stadier corse tente même de frapper un joueur olympien. Le retour aux vestiaires se fera tant bien que mal, comme après l'échauffement.

A lire aussi >> Besiktas-OL: les supporters lyonnais n'ont "pas à avoir peur" selon le président du club turc

Contexte tendu au match aller

Rappelons que le contexte était tendu depuis le match aller au Parc OL, remporté par Lyon (2-1), grâce notamment à un penalty d’Alexandre Lacazette. Jean-Louis Leca et Yannick Cahuzac, le gardien et le capitaine corses, avaient été exclus. Des affrontements avaient eu lieu en ville, avant le match. François Ciccolini, alors entraîneur de Bastia mais viré depuis, avait menacé après la rencontre : "Quand il faudra venir à Bastia, il ne faudra pas avoir la grippe, ni la gastro. Parce que cela va se régler comme d'habitude, comme des hommes, comme des Corses et voilà."

A lire aussi >> Bastia: des supporters ont tenté de pénétrer dans les bureaux du club

La Ligue se saisit du dossier

Selon nos informations, la commission de discipline de la Ligue de football professionnel (LFP) va se saisir dès jeudi prochain de ces incidents intervenus au stade Armand Cesari, pour des "mesures conservatoires". Par ailleurs une enquête en flagrance pour "violences" a été ouverte sur ces faits, a annoncé le procureur de la République Nicolas Bessone, arrivé sur place durant la rencontre. L'enquête a été confiée à la Direction départementale de la sécurité publique (DDSP).

A lire aussi >> Antonetti se propose pour racheter Bastia (et dézingue Mavuba)

La rédaction avec DG