RMC Sport

Bordeaux: Koscielny reconnaît une "engueulade" avec Ben Arfa mais a "tourné la page"

Après la nouvelle défaite de Bordeaux ce samedi contre Metz (2-1) en championnat, Laurent Koscielny a été questionné sur sa relation avec Hatem Ben Arfa. Le capitaine des Girondins a confirmé avoir une explication franche avec le meneur de jeu.

Les Girondins n’y arrivent plus. Devant au score pendant une heure, les joueurs de Jean-Louis Gasset ont fini par craquer et s’incliner face au FC Metz (2-1), ce samedi, pour le compte de la 27e journée de Ligue 1. Privés de victoire depuis un mois, ils restent scotchés à la 11e place du classement et doivent regarder derrière eux. Ils ne comptent que dix points d’avance sur la zone rouge. Une situation pour le moins inquiétante, qui avait poussé Laurent Koscielny à pousser un coup de gueule cette semaine en conférence de presse.

"Il faut savoir tourner la page"

Remonté, le capitaine bordelais avait notamment appelé à faire "un peu le ménage" dans l’effectif et s’était exprimé sur sa relation présentée comme tendue avec Hatem Ben Arfa : "J’ai dit ce qu’il fallait dire. Après, si le message n’est pas passé ou si tu n’as pas envie de l’écouter, c’est comme ça." Après la défaite contre Metz, Koscielny a reconnu avoir eu avoir une explication franche avec l’ancien Lyonnais et Marseillais ces derniers jours. "Il peut y avoir beaucoup d’engueulades dans un vestiaire. Il y en a eu une entre Hatem et moi. Je suis là pour aider l’équipe et le collectif à aller le plus haut possible. C’est aussi le rôle d’un capitaine de remobiliser tout le monde. C’est réglé maintenant et il faut savoir tourner la page, passer à autre chose et aller dans le même pour aider l’équipe", a expliqué Koscielny au micro de Canal+.

Habituel titulaire, Ben Arfa a démarré sur le banc au Matmut-Atlantique, avant d’entrer dans le dernier quart d’heure. Gasset avait préféré faire débuter le jeune Tom Lacoux (19 ans). "J’ai senti des joueurs concernés en première période. Des jeunes ont débuté, ils ont apporté de la fraîcheur. Il faut essayer d’être positif, les gars ont envie de sortir de cette situation pour retrouver un peu le sourire après les matchs", a souligné Koscielny, bien conscient des difficultés actuelles de son équipe.

"On a fait une bonne première mi-temps en mettant beaucoup d’engagement dans les duels. On a su se projeter vers l’avant et marquer un but. Il restait 45 minutes, on savait que ça allait être difficile. On est aussi dans le doute, on a certainement reculé inconsciemment. Metz a pris beaucoup plus l’initiative en seconde période avec le ballon. On n’a pas su aller de l’avant. On est dans le dur, il faut travailler, il y aura certainement des jours meilleurs", a-t-il insisté. Bordeaux tentera de se reprendre dès mercredi face au PSG (21h).

RR