RMC Sport

Bordeaux: le geste fort de Lopez pour les supporters, avec le nom et le logo du club

Fraichement intronisé à la tête des Girondins de Bordeaux après l'officialisation de son rachat du club, Gérard Lopez a quelque peu désavoué les décisions de ses prédécesseurs concernant le changement de logo du club: il veut un retour aux fondamentaux.

Gérard Lopez a bien compris les erreurs de ses prédécesseurs et ne compte pas les répéter. Pour sa première conférence de presse en tant que propriétaire de Bordeaux ce vendredi, l’homme d’affaires a assuré qu’il allait revenir sur les modifications apportées au logo et nom du club. Tous deux avaient changé sous la présidence de King Street, en 2020, au plus grand mécontentement des supporters. L’identité originelle des "Girondins de Bordeaux" devrait être restaurée.

"Faites bien attention à ce que je dis, a insisté Lopez. On ne va pas revenir à l'ancien logo, on va revenir au logo des Girondins de Bordeaux. À partir de là, je pense qu'on a tout dit. Je sais qu'il y a des contraintes techniques sur certains maillots mais à partir de là, dès maintenant, on va revenir partout où on pourra à ce que doit être le logo des Girondins de Bordeaux." Un nouveau logo, proche de celui utilisé entre 2002 et 2020, devrait donc être utilisé à nouveau, même si les premiers maillots de Ligue 1 déjà fournis par l’équipementier ne devraient en être habillés.

"C'est important pour les gens"

"C'est un détail et en même temps pas, c'est important pour les gens, s’est justifié l'ancien président du LOSC par la suite. L'autre raison c'est que je passe beaucoup de temps à l'étranger, et à l'étranger, Bordeaux est un club français. Quand vous dites "Girondins de Bordeaux", c'est français, quand vous dites "Bordeaux Girondins", ça ne l'est pas. C'est quelque part dénuer la marque ou le club d'une de ses forces à l'internationale, d'être un des gros représentants du foot français." Sur le logo utilisé depuis 2020, il était en effet inscrit "Bordeaux Girondins", plutôt que "Girondins de Bordeaux", comme c’était le cas par le passé.

Ce choix marketing n’était jamais passé auprès des supporters, notamment les Ultramarines, leur groupe principal. "Vous nous faites honte, s'était emporté Florian Brunet, responsable des Ultramarines sur Twitter, l'été dernier. Votre "identité graphique" à deux balles ne sera jamais celle des Girondins. La négation de la volonté du peuple continue, vous en subirez sa fureur." Au cours des derniers mois, plusieurs manifestations avaient eu lieu devant le Haillan, le centre d’entrainement bordelais, pour réclamer la démission du président d’alors, Frédéric Longuépée. C’est finalement le fonds d’investissement King Street qui avait annoncé, en avril dernier, ne plus soutenir le club.

Corentin Parbaud Journaliste RMC Sport