RMC Sport

Bordeaux: "Les places européennes d’ici la troisième saison", Lopez fixe les ambitions du club

Le nouveau président des Girondins de Bordeaux Gérard Lopez a évoqué les ambitions du club bordelais au micro de RMC. S’il souhaite d’abord retrouver la première partie du tableau, il veut emmener les Girondins en Europe d’ici trois ans.

Des ambitions mesurées pour redresser un club au bord du gouffre. Gérard Lopez s’est montré pragmatique au moment d’évoquer les objectifs des Girondins de Bordeaux, qu’il a officiellement repris en main ce vendredi. Sauvés sur le gong de la descente sur le plan sportif puis juridique, les Bordelais doivent d’abord retrouver le haut du tableau, selon leur nouveau président.

"C’est un club avec une grande histoire, avec des outils de fonctionnement qui sont à une taille qui font que c’est un club qui doit jouer le haut du tableau, estime Lopez dans le RMC Football Show. La situation est telle actuellement que ça soit pour le club en général ou pour le foot français à travers le Covid, c’est un vrai challenge. Je ne vais pas dire que c’est compliqué ou complexe, mais c’est vrai qu’il y aura beaucoup de travail à fournir."

"C’est un club qui ne peut pas exister dans une deuxième moitié de tableau"

Selon lui, ce travail doit immédiatement mener Bordeaux plus haut que sa 12e place obtenue en fin de saison, alors que le spectre de la relégation avait un temps plané au-dessus du Haillan. "C’est un club qui ne peut pas exister dans une deuxième moitié de tableau, concède-t-il. À court terme, (l’objectif) c’est de s’établir dans la première partie et commencer à aller chercher des places européennes d’ici la troisième saison."

En marge de sa présentation officielle, Gérard Lopez avait frappé un premier coup en renonçant au logo adopté la saison dernière et en revenant au design traditionnel de l’écusson girondins. S’il n’a pas encore pris de décision quant au futur entraîneur, Gérard Lopez a ensuite affirmé sur RMC qu’il avait une shortlist de trois ou quatre noms pour succéder éventuellement à Jean-Louis Gasset.

JAu