RMC Sport

Bordeaux: les Ultras répondent à Tavernost par une banderole cinglante

Le groupe de supporters bordelais des Ultramarines a installé ce samedi une banderole au Matmut-Atlantique pour répondre aux propos tenus par l'ancien président de Bordeaux, Nicolas de Tavernost.

"Certains nous demandaient de partir, ça ne nous a pas encouragés à rester. À la moindre difficulté, nous n'étions pas ménagés": ancien patron de Bordeaux, Nicolas de Tavernost a allumé la mèche, cette semaine dans Sud Ouest, et regretté le comportement des ultras du temps où M6 possédait les Girondins. Les supporters bordelais lui ont sèchement répondu ce samedi via une banderole affichée sur les grilles du Matmut Atlantique à la veille du déplacement à Nîmes lors de la 26e journée de Ligue 1.

"De Tavernost: abandon, mensonges et trahison, ont ainsi affiché les Ultramarines. Avant de reprendre les mêmes mots dans un post virulent sur les réseaux sociaux: "Aujourd'hui, sur les grilles du stade René Gallice, un message destiné à Nicolas de Tavernost et à M6. Ce n'est pas le titre d'une fiction, simplement notre réalité. Abandon, mensonges, et trahison."

Bordeaux toujours dans le flou en L1

Seulement onzième de Ligue 1 malgré l'arrivée de Jean-Louis Gasset sur le banc de l'équipe première, Bordeaux n'arrive pas à quitter le ventre mou du classement. Après quatre matchs consécutifs sans victoire, les propos de Nicolas de Tavernost dans la presse ont visiblement mis les fans à bout.

Nicolas de Tavernost a souhaité vendre les Girondins afin de leur garantir un avenir grâce à un nouveau propriétaire ambitieux. Mais après avoir vendu le club au scapulaire au fonds d'investisment GACP, l'entité King Street a finalement racheté le tout seulement un an plus tard.

"Sur GACP, nous avons une grosse déception, nous pensions que ces gens resteraient sur la durée car ils venaient avec King Street qui a des moyens, a encore estimé l'ancien dirigeant bordelais. Nous nous sommes probablement trompés puisqu'ils sont repartis."

Une erreur que les ultras du club ne lui ont clairement pas pardonnés, eux qui poursuivent la lutte avec Frédéric Longuepée, actuel président des Girondins et cible préférée des supporters.

JGL