RMC Sport

Bordeaux : Ménez va devoir se battre pour retrouver sa place

Jérémy Ménez

Jérémy Ménez - AFP

De retour dans le groupe après son expulsion contre Montpellier avant la trêve, Jérémy Ménez va devoir faire face à une rude concurrence pour retrouver sa place dans le onze de départ bordelais. Jocelyn Gourvennec ne compte en tout cas pas lui faire de cadeaux.

Les statuts, Jocelyn Gourvennec n’aime pas ça. Cette saison, le technicien bordelais n’a pas hésité à faire des choix pour que les Girondins de Bordeaux retrouvent la forme. Tour à tour, les cadres Jérémy Ménez, Diego Rolan, Grégory Sertic, Jaroslav Plasil et Jérémy Toulalan sont allés cirer le banc de touche. Pour la réception de Toulouse, ce samedi (20h), et pour la première fois de la saison, l’entraîneur bordelais dispose de la quasi-totalité de son effectif. Seul Thomas Touré est à l’infirmerie et poursuit sa rééducation à Capbreton.

A lire aussi >> Coupe de la Ligue: Bordeaux dans le dernier carré 

Bordeaux va donc pouvoir réintégrer la recrue phare de son mercato d’été, Jérémy Ménez, dans son onze de départ. Problème, sans Ménez, les Girondins n’ont pas perdu un seul match et sont invaincus en 2017. Ils semblent même avoir trouvé une ossature solide autour d’un Gaëtan Laborde qui s’affirme comme l’attaquant numéro un des Girondins. « Depuis le match à Montpellier, où Jérémy s’est mis à la faute avec son exclusion largement évitable, on a avancé, lâche Gourvennec. Il faut qu’il reste concentré sur son sujet, il ne peut pas sortir de son match comme il l’a fait. »

Un investissement pointé du doigt

Depuis le début de saison, l’ancien Milanais, qui revient d’une blessure au dos qui l’a écarté des terrains quasiment un an, peine à retrouver son meilleur niveau (deux buts et une passe décisive en 16 matchs). « La coupure lui a fait du bien, poursuit l’ancien entraîneur de Guingamp. Il est capable de faire des actions de classe, mais entre deux actions de classe, il faut avoir l’investissement suffisant pour aider l’équipe. »

>> Le live mercato

A ce sujet, Jean-Louis Triaud, le président bordelais, n’avait pas mâché ses mots à l’encontre de l’international français au mois de décembre, en fustigeant son attitude sur le terrain. « C’est compliqué de revenir en France, tout le monde l’attendait au tournant, défend le milieu de terrain Grégory Sertic. Je vois les qualités de Jérémy à l’entraînement, il fait beaucoup d’efforts, parle beaucoup et c’est quelqu’un en qui on a confiance. »

Gourvennec : « Je ne veux plus avoir d’états d’âme à gérer »

Jocelyn Gourvennec, qui a laissé du temps à son attaquant, ne laissera en tout cas plus passer le moindre écart de comportement dans son équipe. « Je ne veux plus avoir d’états d’âme à gérer comme ont pu avoir Adam (Ounas) à Monaco ou Jérémy à Montpellier. On se pénalise encore plus avec ces attitudes. On doit gommer ça, ça fait partie du bagage d’un joueur de haut niveau, vedette ou pas vedette. » En écartant Diego Rolan, qui était rentré en retard de vacances, et en sanctionnant Adam Ounas, expulsé bêtement à Monaco, le staff bordelais a prouvé ces derniers temps qu’il ne laissait rien passer. Jérémy Ménez est prévenu.

Nicolas Paolorsi