RMC Sport

Brésil: la belle action solidaire de Neymar, qui maintient les salaires de 142 employés

Alors que son institut pour milliers d’enfants défavorisés a dû fermer en mars 2020 à cause de la pandémie de coronavirus, l’attaquant du PSG Neymar paie depuis les salaires de ses 142 employés privés d’emploi.

Important sur les terrains mardi en Ligue des champions, où il a participé à la qualification du PSG dans le dernier carré aux dépens du Bayern Munich (2-3 à l'aller, 0-1 au retour), Neymar sait l’être également en dehors. Parmi les pays les plus durement touchés au monde, le Brésil compte plus de 361.000 morts du coronavirus. C’est là que l’attaquant brésilien a construit en 2014 un institut de plus de 8 000 m2 qui accueille 3 000 enfants défavorisés âgés de 7 à 14 ans en leur donnant accès des activités sportives et scolaires, ainsi qu’à des soins médicaux.

Une aide financière maintenue "quelle que soit la durée de la pandémie"

Mais frappée par la pandémie et ses conséquences économiques dramatiques, la fondation de Neymar a été contrainte de fermer ses portes en mars 2020. Un coup dur pour les jeunes défavorisés mais aussi pour les 142 employés et collaborateurs qui s’occupaient de faire tourner l’établissement, situé dans le quartier de Jardim Gloria, à Praia Grande, où Neymar a passé une bonne partie de son enfance.

Touché par la situation dans son pays natal, le Parisien de 29 ans a fait preuve de grand cœur en maintenant l’intégralité de leur salaire aux 142 personnes concernées, ainsi que leur couverture santé, comme le raconte ce jeudi l'institut dans un long article publié par UOL Esporte. Neymar et sa famille déboursent environ 90 000 euros par mois pour cela, et continueront à le faire tant que la crise durera.

"Ma famille et moi maintenons l’ensemble de la structure, avec 142 employés, qui reçoivent leurs salaires et leurs avantages sociaux dans leur intégralité. Nous l’avons fait avec nos propres ressources, a expliqué le père de Neymar sur le site de l’établissement. Les emplois et les salaires des personnes qui travaillent dans l’institut en sont assurés, quelle que soit la durée de la pandémie."

Romain Daveau Journaliste RMC Sport