RMC Sport

Comment l’OL veut "révolutionner" son centre de formation

Houssem Aouar

Houssem Aouar - AFP

Déçus du manque de résultats de leurs équipes de jeunes, les dirigeants de l’OL vont réformer le centre de formation. Entre les départs de certains entraîneurs, la promotion de quelques anciens et une nouvelle politique de recrutement, ça va bouger pour la jeunesse lyonnaise dans les prochaines semaines. Voici les grandes lignes de ce projet.

Des contrats pas tous renouvelés

Tous les formateurs du club sont en fin de contrat en juin. Les entretiens menés par Gérard Houllier, conseiller extérieur du club, accompagné du directeur général Vincent Ponsot, ont débuté en janvier. Ils ont duré quelques semaines et les annonces aux intéressés sont faites depuis ce lundi après-midi. Une date redoutée par beaucoup de formateurs, ce qui rend la période tendue du côté de Meyzieu, où est installé le centre. Des propositions de reclassement sont faites aux uns et aux autres, même si rien n’est encore définitif.

A lire aussi >> OL: "un peu fatigué", Bernard Lacombe va "peut-être partir à la retraite" 

Un changement à la tête du centre de formation et de la CFA

Le centre de formation de l’OL va changer de tête. Le contrat de Stéphane Roche, son patron, ne sera pas prolongé au-delà du 30 juin 2017. C’est la tendance ressentie depuis quelque temps déjà. Ce lundi, il travaillait pourtant encore sur l’avenir à court terme. La décision lui a-t-elle été signifiée directement ? Pas sûr. Au club, personne ne confirme, ni n’infirme. « Cela fait partie de la vie d’un club qu’il y ait des changements, a déclaré Bruno Genesio ce mardi en conférence de presse. C’est plus difficile à vivre, car je suis Lyonnais et très attaché à certaines personnes, avec lesquelles cela dépasse le cadre professionnel. Mais nous sommes des professionnels et cela fait partie de notre métier. » Roche, lui, ne s’exprime pas. Maxence Flachez, en charge de la CFA, et son adjoint Gilles Rousset ne devraient pas être reconduits non plus dans leurs fonctions.

Armand Garrido, l’historique de l’OL, pourrait prendre du galon

Giuly, Ben Arfa, Benzema, Lacazette. Avant d’exploser, ils sont tous passés entre les mains expertes d’Armand Garrido. Formateur historique de l’OL, le technicien de 61 ans, en charge des U17, ne prendra pas sa retraite en fin de saison, comme certaines rumeurs le laissaient entendre. Mieux, il souhaite prendre du galon. Il se murmure qu’il pourrait prendre le groupe Pro 2, constitué des joueurs qui sont aux portes de l’équipe professionnelle.

A lire aussi >> PSG-OL: Benzema, Ben Arfa, Lacazette… Armand Garrido raconte les pépites qu’il a formées

Quel rôle pour Cris ?

Coach des U19, le « Policier » veut passer son DEPF (Diplôme d’entraîneur professionnel de football). Le Brésilien passera un examen d’entrée à Clairefontaine, le 13 avril. Parmi les 35 candidats, il va devoir être dans les huit meilleurs pour être retenus. S’il passe son DEPF, Cris sera-t-il assez souvent à Lyon pour encadrer une équipe ? En plus, celle-ci pourrait être la CFA...

A lire aussi >> OL, Bernard Lacombe : "Il y a des joueurs qui choisissent leurs matchs"

Des résultats à améliorer

Certes, le centre de formation de l’OL a été désigné par la FFF comme le meilleur de France pour la quatrième année consécutive, en 2015-2016. Mais ces résultats sont plutôt dus à des joueurs sortis du centre il y a déjà quelque temps. « Ce n’est pas parce qu’on est bien classé qu’il faut rester ainsi et s’interdire de progresser dans la gestion. Il faut aussi se remettre en cause », entend-t-on à Meyzieu. Le présent est en effet un peu moins reluisant. La CFA n’est que quatrième de son groupe. Les U19 n’ont pas passé la phase de poules en Youth League et n’ont plus fréquenté le dernier carré de la Gambardella depuis plusieurs saisons. Un signe d’essoufflement, même si le propre d’un centre de formation n’est pas forcément de gagner des trophées, mais de faire monter des jeunes chez les professionnels.

Une méthode de travail à revoir

Pour réenclencher la marche avant, l’OL va peut-être revoir les méthodes de travail pour ses jeunes. Un manque de rigueur est constaté chez les U19, seulement neuvièmes de leur poule en championnat et éliminés dès les 16es de finale de la Gambardella. En U17, Saint-Etienne devance Lyon. Un manque de travail, au niveau qualitatif, est aussi reproché, alors qu’Armand Garrido et ses méthodes sont pourtant loués par tous.

A lire aussi >> Bernard Lacombe: "Ce n’est pas à Nabil de choisir où il doit jouer" 

Plus d’importance donnée à la post-formation

A Lyon, les méthodes de recrutement vont changer. Et ce dès la pré-formation. L’accent sera davantage mis sur la post-formation, à l’image de Lucas Tousart, recruté il y a deux ans à Valenciennes et qui perce cette saison. Youri Tielemans (19 ans), le capitaine d’Anderlecht, entre par exemple dans la réflexion. Mais l’OL veut également recruter des « stars » pour remplir le Parc OL, à l’image de Memphis lors du dernier mercato hivernal.

La refonte de la cellule de recrutement en gestation

Si la restructuration du centre de formation est lancée, ce n’est pas le cas de celle de la cellule de recrutement. Plusieurs questions se posent. Faut-il créer une vraie cellule de recrutement pour les professionnels et ainsi épauler Florian Maurice ? Un poste de directeur sportif sera-t-il créé ? Jean-Michel Aulas a été échaudé par le passage de Claude Puel (2008-2011), auquel il avait donné les pleins pouvoirs. Gérard Houllier réalise pour le moment de nombreuses auditions. Sonny Anderson a ainsi été reçu, sans que l’on sache pour quel rôle (ambassadeur ? entraîneur des attaquants ?). En attendant de mieux définir cette refonte, Gérard Bonneau, recruteur en pré-formation depuis 2000, a depuis quelque temps émis l’idée de passer à l’étage du dessus (post-formation) et va entourer Florian Maurice.

A lire aussi >> OL: Genesio met la pression sur ses joueurs 

AA avec Edward Jay