RMC Sport

Des gardiens décisifs, une première période insipide, El Ghazi transparent... Le débrief de Toulouse-Lille

Sébastien Corchia et Martin Braithwaite

Sébastien Corchia et Martin Braithwaite - AFP

Au terme d'un match fermé et sans grande intensité, Lille a obtenu un point précieux dans la course au maintien face à Toulouse (1-1), ce dimanche. Une rencontre plus que poussive et marquée par des gardiens en très grande forme contrairement à Anwar El Ghazi.

Un premier acte ennuyeux 

Il ne fallait clairement pas être pressé pour voir du jeu et du spectacle au Stadium. Car la première période a accouché de débats insipides entre les deux formations. Comme inhibés, Toulousains et Lillois se sont longuement observés. Après une frappe hors cadre de Trejo (13e), il a fallu attendre Xeka pour voir la première frappe cadrée de la partie (25e). Et hormis le but de Jullien (30e), seule éclaircie lors des quarante-cinq premières minutes, le reste a été une très mauvaise publicité pour la Ligue 1. Peu d'allant offensif (8 tirs dont 3 cadrés), des approximations techniques (60% de passes réussies pour les Violets) et un jeu décousu des deux côtés (11 fautes commises au total). 

>> Revivez Toulouse-Lille

Le réalisme des Violets 

À l'image du duo Delort-Braithwaite muet pour la troisième fois consécutive, Toulouse a encore eu du mal à articuler ses séquences offensives. Mais en dépit d'un manque criant d'élan offensif et d'occasions, les hommes de Pascal Dupraz ont su saisir leurs rares opportunités. Et c'est sur coup de pied arrêté qu'ils ont fait plier l'arrière-garde des Dogues. Profitant d'un marquage laxiste de Basa sur un corner de Bodiger, Jullien a ainsi pu ouvrir la marque d'un coup de tête puissant (30e). 

Le jour sans d'El Ghazi

Pour sa sixième titularisation d'affilée en championnat depuis son arrivée cet hiver, Anwar El Ghazi a une livré une prestation sans éclat. Alors qu'il avait activement participé au succès contre Caen avec un but inscrit (0-1, 18 février), le Néerlandais a paru emprunté et jamais dans le coup sur son aile droite. Peu sollicité par ses partenaires (seulement 17 ballons joués pour 3 gagnés et 4 perdus), il n'a jamais eu d'impact offensivement et n'a tenté aucune frappe. Logiquement remplacé à l'heure de jeu par Benzia, auteur du but égalisateur pour le LOSC (80e). 

A lire aussi >> Payet régale, Thauvin brille, les Merlus plongent... le débrief de Lorient-OM

Des gardiens au top

Si la rencontre s'est avérée poussive et que les attaquants des deux formations ont peiné pour se mettre en évidence, les gardiens, eux, ont tenu leur rang. Peu sollicités, ils ont tout de même eu leur part de responsabilité dans le point du match nul décroché. D'abord auteur d'un arrêt sur une frappe de Lopes (49e), Alban Lafont s'est interposé face à Eder (74e) avant de surtout s'illustrer en effectuant une superbe parade devant Bauthéac (78e). Le Toulousain n'a en revanche rien pu faire sur l'égalisation de Benzia. Quant à Enyeama, attentif jusqu'au bout, il a sauvé les siens en stoppant un penalty de Braithwaite en fin de partie (84e). Un arrêt qui pourrait être décisif dans la course au maintien. 

A lire aussi >> Bastia-ASSE: Saint-Ruf remercie Pajot, qui "va bien", après l'avoir mis KO

A lire aussi >> PSG: Trapp révèle la phobie un peu particulière de Verratti