RMC Sport

Droits TV: comment Amazon a séduit la LFP

Le géant américain de l’e-commerce a décroché vendredi la grande majorité des droits TV de la Ligue 1 et de la Ligue 2. Si Amazon a obtenu le droit de diffuser 80% des matchs et les meilleures affiches entre 2021 et 2024, c’est parce qu’il a su convaincre la LFP avec de solides arguments, notamment sur le plan financier. Mais aussi profité des liens tendus ente la Ligue et Canal+.

La rumeur se faisait de plus en plus insistante ces derniers jours dans les couloirs de la Ligue de Football Professionnel. Amazon a donc fait irruption, au dernier moment, pour la diffusion des championnats de Ligue 1 et de Ligue 2 jusqu’en 2024. En échange de la somme de 250 millions d’euros pour huit matchs de Ligue 1 (plus 9 millions d'euros pour huit matchs de Ligue 2 et les coûts de production à 25 M€ par an), le géant de l’e-commerce va diffuser huit matchs de L1 par journée et les dix meilleures affiches, récupérant ainsi l’offre de Mediapro pour un coût trois fois moins important (780 millions d'euros).

L'atout Roland-Garros

L’offre de la firme US a été déposée jeudi au siège dans la LFP. Dans ce dossier, des garanties financières, avec 663 millions d’euros de revenus au total, en comptant le fameux lot 3 (332 M€) du précédent appel d'offres dont Canal+ veut encore se débarrasser, après avoir récupéré la sous-licence auprès de BeIN, ainsi que les 42 M€ de Free et les 30 M€ de BeIN pour deux matchs de Ligue 2.

Mais surtout, la mise en avant de la diffusion de Roland-Garros par le média de Jeff Bezos. "Nous sommes encouragés par l’accueil qu’a reçu la diffusion de Roland-Garros auprès de nos abonnés, s'est félicité Alex Green, directeur général d'Amazon en charge de Prime Video Sport Europe, dans un communiqué. Nous comptons nous appuyer sur ce succès pour proposer une expérience exceptionnelle à nos clients avec l’arrivée du football sur Prime Video en France."

Un sentiment de revanche envers Canal+

Après un comité de pilotage de quatre heures, le conseil d’administration de la LFP a donc bouclé ce "deal" avec la majorité des voix. Une seule abstention, celle de François Morinière, membre du collège des indépendants. Mais avant même le début du vote, la quasi-totalité du CA était prêt à ouvrir la porte à Amazon, qui s’est vite montré rassurant sur ses ambitions. Une source confie que le dilemme était simple à ce moment-là: "D’un côté, un sentiment de revanche en choisissant Amazon, de l’autre la sécurité en terme de visibilité avec le binôme Canal/BeIN".

Le diffuseur historique de la Ligue 1 a sauvé la Ligue après le fiasco Mediapro mais voulait faire baisser le montant des droits, arguant que le championnat de France a été dévalué. Dans son offre avec BeIN, celle qui n'a pas été retenue, Canal+ proposait 370 millions d'euros pour deux matchs par journée de L1 (38 choix n°1, 38 choix n°3). beIN Sports ajoutait 165 millions d'euros (+78 millions d'euros de bonus) pour huit matchs par journée de L1, plus 18 millions d'euros pour les dix matchs de L2 par journée. Au total, 595 millions d'euros garantis et 78 millions d'euros de part variable.

Une offre financière pas assez convaincante pour la Ligue, qui a donc voulu montrer qu’elle n’était pas soumise à la chaine cryptée en misant sur Amazon. Le géant américain de la distribution voulait absolument se lancer sur le marché du football français. Sa filière Prime Vidéo souhaite maintenant développer ces droits sur le long terme, en évitant à tout prix de reproduire les erreurs de Mediapro.

ABr avec AP