RMC Sport

Droits TV: Mediapro a honoré son dernier versement à la LFP

Mediapro a payé la dernière traite prévue dans le cadre de l'accord trouvé avec la LFP l'hiver dernier.

Mediapro, éphémère diffuseur de la Ligue 1 évincé pour impayés, a honoré son dernier versement dû dans le cadre de l'accord de retrait scellé avec la Ligue de football professionnel (LFP), a appris l'AFP ce lundi de sources ayant connaissance du dossier, confirmant une information de L'Equipe.

Cette traite, d'un montant de 15,5 millions d'euros, est la dernière sur un total de 100 millions d'euros promis par le groupe sino-catalan aux clubs en échange de la garantie que la LFP n'attaquerait pas Mediapro en justice par la suite, selon le protocole d'accord validé fin décembre par le Tribunal de commerce de Paris.

Le groupe sino-espagnol a aussi réglé ses contrats auprès des fournisseurs d'accès à internet (FAI) qui distribuaient sa chaîne Téléfoot. Un accord a été trouvé avec chacun d'entre eux, sauf Orange, qui a été assigné au tribunal de commerce de Paris et condamné début juin à verser 3,6 millions d'euros à l'entreprise dirigée par Jaume Roures.

Fin de l'épisode Mediapro

Le règlement de ces volets scelle la fin de l'épisode Mediapro, l'un des fiascos les plus retentissants de l'histoire du football français.

En 2018, le groupe dirigé par le Catalan Jaume Roures avait promis plus 800 millions d'euros annuels pour 80% de la L1 et de la L2, portant le montant total promis aux clubs professionnels à 1,2 milliard d'euros.

Mais, sur fond de pandémie, les clubs français n'ont jamais perçu cette manne: après le lancement en août 2020 de sa chaîne Téléfoot, Mediapro a demandé un délai de paiement à la LFP dès septembre, avant de vouloir ensuite rediscuter le montant du contrat.

Les deux parties se sont entendues en décembre sur le retrait de Mediapro, concrétisé début 2021. Canal+ a ensuite racheté à prix cassé les lots abandonnés pour la fin de la saison 2020-2021, avant un nouveau coup de tonnerre la semaine dernière.

Vendredi, la LFP a réattribué 80% de la L1 et la L2 (8 affiches sur 10 pour chaque journée) à un nouvel entrant, le géant américain de la distribution Amazon, un choix censé garantir un total de 663 millions d'euros de droits TV sur la période 2021-2024.

Mais l'irruption d'Amazon a provoqué la fureur de Canal+, censé verser 332 millions d'euros pour seulement deux affiches par journée de L1: la chaîne cryptée, qui estime ce montant surévalué, a annoncé vouloir "se retirer" de la diffusion du championnat de France, laissant présager une nouvelle bataille juridique.

LP avec AFP