RMC Sport

EXCLU - Cavani: "Mon souhait a toujours été de rester au PSG"

EXCLU RMC Sport. Invité exceptionnel de Luis Attaque ce lundi sur RMC, Edinson Cavani s’est longuement livré sur son bon début de saison avec le PSG. L’attaquant uruguayen a également évoqué le mercato, son positionnement, ses problèmes personnels, son duo avec Zlatan et le choc à venir face à l’OM.

Vous semblez en grande forme depuis le début de la saison...

Oui, je me sens très bien, vraiment. En ce moment, tout est positif. Pensez-vous que le PSG va réaliser une grande saison ? J’espère, oui, que ce sera une grande année avec Paris. On a l’ambition de gagner des trophées, de lever des coupes. On en a tous envie, comme l’an dernier. Il faudra faire la même chose cette année.

Etes-vous encore plus concentré sur la Ligue des champions ?

Oui, l’objectif n°1 du club, c’est de gagner la Ligue des champions. C’est important pour le club et son projet. Pour ça, il faut refaire une saison comme la précédente, avec un plus en Ligue des champions. C’est un trophée ultime pour tous les clubs et tous les joueurs. Et j’espère que nous allons la gagner.

Comment expliquez-vous vos passages difficiles depuis votre arrivée à Paris ?

Tous les footballeurs connaissent de grands moments et d’autres où ils sont moins bien. Les choses ne se passent pas toujours comme on voudrait. Moi, je travaille toujours pour être au top et donner le maximum. J’essaye de m’améliorer pour être à la hauteur de la situation. Mais ce n’est pas toujours facile. Ça n’a pas toujours été facile pour moi lors de mes deux premières années à Paris.

Comprenez-vous les critiques dont vous faites parfois l’objet ?

Je crois que les critiques sont normales dans le football. Mais ça dépend de qui elles viennent. Il y a des gens qui n’ont jamais mis les pieds sur un terrain et qui se sentent habiliter à critiquer. Chaque footballeur a sa propre trajectoire donc le mieux, c’est de ne pas écouter. Ça a toujours existé et ça existera toujours. La critique constructive vient toujours de ceux qui connaissent le foot et le terrain, qui savent ce que les joueurs ressentent. Dans ce cas, je suis toujours ouvert à la discussion et à l’analyse.

Comment vivez-vous votre association avec Zlatan Ibrahimovic ?

Evoluer avec un grand joueur comme Zlatan, c’est toujours agréable. Je peux même dire que c’est fantastique d’être aux côtés d’un joueur de niveau mondial. C’est toujours un luxe de faire partie d’un groupe avec des joueurs d’un tel niveau. Après, on a un travail tactique à faire avec toute l’équipe. On travaille aussi tous les deux avec Zlatan. Nous sommes le duo d’attaque. Chacun sait ce qu’il a à faire.

Dans quelle position préférez-vous évoluer ?

Ma façon de jouer est à la fois moderne et étrange. J’aime me balader partout en attaque. J’aime aussi donner des coups de main à la défense. Je me sens tout à fait en condition pour le faire, donc si on me le permet, j’y vais et j’aide les copains. On demande toujours quelle est la position préférée de Cavani ? Mais Cavani veut juste jouer ! J’ai la confiance de l’entraîneur et son accord pour jouer comme ça, c’est quelque chose de très important. Je joue à un poste qui n’est pas mon poste habituel mais je me prépare pour donner le meilleur malgré tout. J’aime marquer mais j’aime aussi effectuer le repli défensif car je pense que c’est un aspect important du football. En tant que buteur, il n’y a rien de mieux pour moi que de marquer. Mais faire une course défensive, récupérer le ballon dans les pieds de l’adversaire et anéantir une action, c’est quelque chose de beau. C’est une grande sensation de fierté d’aider son équipe.

Avez-vous pensé à quitter le PSG cet été ?

Dans le football, il y a beaucoup de choses qui ne dépendent pas du footballeur mais du club. Souvent, quand un joueur décide de changer de club, ce n’est pas uniquement sa volonté. C’est une décision en accord avec le club, qui cherche la meilleure solution pour les deux parties. Paris m’a toujours montré son désir de me garder, de faire de moi un joueur d’avenir pour le club. C’est important pour moi. Ça me donne beaucoup d’énergie pour travailler. Depuis trois ans, on a beaucoup trop parlé sur des choses qui n’existaient pas. Mon souhait a toujours été de rester et d’atteindre les objectifs fixés par le club. Aujourd’hui, je suis très bien à Paris.

L’équipe a-t-elle progressé cette saison ?

Oui, c’est le meilleur PSG depuis que je suis arrivé. On est bien tous ensemble. On progresse. Le club a fait venir des joueurs de prestige, d’un niveau très élevé, qui améliorent le niveau de ceux qui étaient déjà là.

Comprenez-vous le turn-over instauré cette saison par Laurent Blanc ?

Le turnover est une décision de l’entraîneur. Un joueur veut toujours être sur le terrain. Mais on doit respecter les choix de l’entraîneur car c’est aussi un acte de camaraderie. La première mi-temps à Nantes nous a permis de comprendre que si on continuait à jouer comme ça, on pourrait perdre des points en chemin. Il n’y a souvent qu’une série d’événements qui peut nous aider à nous rendre compte. L’entraîneur nous a parlé à la mi-temps. Sur le banc, nous avons aussi pu voir ce qui n’allait pas. On en a parlé dans le vestiaire et on est revenus avec une autre attitude sur le terrain.

Vous avez traversé une période difficile sur le plan personnel ces derniers mois…

Mon père, qui était joueur de foot, m’a appris quelque chose quand j’étais petit : les problèmes personnels doivent rester en dehors du terrain. Ils ne doivent pas nous affecter quand on joue. Les problèmes que j’ai eus ces derniers mois me donnent encore plus d’envie pour me dépasser sur le terrain. C’est la vie, c’est comme ça. Il faut s’en servir pour grandir et avancer. Le reste, je le laisse derrière moi.

Attendez-vous impatiemment le PSG-OM de dimanche en Ligue 1 ?

Bien sûr, c’est spécial, c’est quelque chose de très beau. Tout le monde veut vivre ces matches si spéciaux. On le ressent. On sait ce que ça signifie pour les fans. Ce sont des moments uniques. Et je sais très bien ce que gagner signifie pour la ville et pour le club.

Qu’est-ce qui peut empêcher Paris de décrocher un quatrième titre consécutif ?

Dans ce début de championnat, il y a beaucoup de surprises. Beaucoup de choses se passent. Nous savons que nous dépendons que de nous-mêmes pour gagner le championnat. Il reste énormément à faire avant d’y arriver. Il faut rester concentre et garder le cap. C’est difficile dans ce championnat. Pour l’instant, tout va bien, on espère continuer ainsi.

Pourquoi ne vous exprimez-vous pas en français ?

Ce n’est pas que je ne parle pas français, mais j’ai souvent peur de me tromper. Je pense que c’est normal. Le français, je le comprends bien et j’aime le parler dans beaucoup de situations.