RMC Sport

Fair-play financier : pas de traitement de faveur pour le PSG mais…

Nasser Al-Khelaïfi

Nasser Al-Khelaïfi - AFP

Selon nos informations, le fair-play financier ne devrait pas être assoupli pour le PSG cet été malgré quelques ajustements accordés par l’UEFA. Malgré tout, le club de la capitale devrait frapper un très grand coup en attirant dans ses filets une pointure internationale sous forme de prêt avec option d’achat. Une habile et légale parade au très contraignant fair-play financier qui prendra fin à l’été 2016.

Les supporters parisiens peuvent se montrer agacés par l’UEFA et ses contraintes en matière de fair-play financier. Selon plusieurs sources concordantes, le fair-play financier ne devrait pas être assoupli pour le PSG cet été. A ce jour, Paris ne peut dépenser que 48 millions d’euros (60 M€ moins les 12 M€ du transfert d’Aurier à Toulouse) hors vente pour s’offrir un joueur. En revanche, si cette contrainte reste très difficile à gérer pour le Paris Saint-Germain, de très légers assouplissements ont été accordés au club de la capitale ces derniers mois.

Plusieurs joueurs pour 48 M€

Paris n’a désormais plus l’obligation d’acheter uniquement un seul joueur avec ces 48 millions, mais plusieurs. La masse salariale, elle, est en revanche toujours encadrée, même pour les joueurs qui peuvent arriver en prêt. Cet été encore, le PSG devrait s’offrir un grand joueur sous forme de prêt avec option d’achat afin d’esquiver la contrainte du fair-play financier. S’il le souhaite, Paris peut acheter autant de joueurs qu’il le désire tant que la balance vente/achat de joueurs est à l’équilibre. En clair, si Paris achète pour 60 millions, le club doit vendre pour 60 millions. De plus, l’année prochaine, le résultat final du compte d’exploitation du club doit être à l’équilibre. Enfin, Paris a obtenu la possibilité d’ajouter un joueur à sa liste en Ligue des champions et pourra ainsi s’appuyer sur 22 joueurs contre 21 cette saison.

Fin du fair-play financier à l’été 2016

De son côté, Jean-Claude Blanc, le directeur général du club, lutte pour modifier les règles visant le PSG en négociant continuellement avec l’UEFA. Une mission périlleuse et difficile. Mais à partir de la saison 2016-2017, le club de la capitale ne sera plus sous la contrainte du fair-play financier. Une embellie qui devrait doper les ambitions parisiennes. « Le club ne s’attendait pas à ce que le fair-play financier le bloque autant, confie une source proche du PSG. En revanche, les supporters doivent être rassurés, l’été 2016 sera une petite révolution. Paris pourra réagir et surtout, vraiment devenir compétitif à hauteur du Barca et du Real Madrid. Ce ne sera pas la même chose, on verra la force du PSG. »

M.Bo