RMC Sport

Di Meco : "Paris a fait le plus dur"

Eric Di Meco

Eric Di Meco - DR

Pour Eric Di Meco, pas de doute : grâce à son succès ce dimanche à Nantes (2-0), le PSG file tout droit sur vers un troisième titre de champion de France d’affilée. Le calendrier restant, la détermination parisienne : le membre de la Dream Team RMC Sport s’explique.

« Ce dimanche soir, on a assisté à une prestation maitrisée de la part du PSG à Nantes (2-0), avec une grosse entame de match qui a permis aux Parisiens d’ouvrir le score et de se créer de grosses occasions, par l’intermédiaire de Cavani. Ils ont été un petit peu en difficulté au milieu de la première période, quand les Nantais ont joué un peu plus haut et ont gêné leurs relances. Mais une fois qu’ils ont marqué ce deuxième but par Blaise Matuidi, sur une grosse faute des Nantais, ils ont géré.

A la limite, ça se comprend. Avec la grosse saison qu’ils ont faite, le sprint final à négocier… Garder des forces pour les dernières journées, c’est plutôt judicieux de leur part. Ça leur a joué des tours pendant la saison. Ils auraient dû tuer beaucoup de matches comme ça et les gérer pour garder des forces pour la Ligue des champions. Les Parisiens ont joué beaucoup de matches à fond en championnat. Ils ont souvent eu des difficultés à se mettre à l’abri. A la Beaujoire, les joueurs du PSG ont réussi à le faire. On ne peut pas leur reprocher leur seconde période, qui a été maitrisée et ennuyeuse pour nous. Ils prennent les trois points et vont être durs à aller chercher maintenant, j’ai l’impression.

« Courbis va leur préparer un petit coup. Mais de là à les battre… »

Ils ont une marge par rapport à Lyon. Le goal-average, dont on a beaucoup parlé ces dernières semaines, ne suffira pas. S’ils font deux victoires et un nul sur les trois derniers matches, les Parisiens seront champions de France. Je ne vois pas qui peut les battre, avec les réceptions de Guingamp et de Reims. Guingamp est sauvé maintenant. Reims sera peut-être mal lors de la dernière journée et sera en difficulté quoi qu’il arrive.

Oui, Montpellier peut peut-être les gêner. Rolland (Courbis, ndlr) va leur préparer un petit coup. Mais de là à les battre… Est-ce que c’est possible quand on est lancé comme ça vers le titre ? J’ai un doute. Ils ont fait le plus dur. J’ai surtout l’impression que les Lyonnais, en perdant ce match contre Nice à domicile et qui leur aurait permis de rester devant, se sont tirés une balle dans le pied. Paris, une fois qu’on les laisse passer devant, c’est fini. Les Lyonnais ont tendu le bâton pour se faire battre. »

la rédaction