RMC Sport

Incidents OL-OM: Longoria redoute des conséquences si le match est à rejouer

Pablo Longoria, président de Marseille, met en garde sur les conséquences des sanctions qui seront prises, mercredi par la commission de discipline sur les incidents du match entre l’OL et l’OM, le 21 novembre dernier.

Il se pliera à la décision de la commission de discipline de la LFP, mercredi. En attendant de connaître le verdict sur les incidents du match OL-OM, Pablo Longoria met en garde sur les conséquences des sanctions. Dans une interview à L’Equipe, il est notamment interrogé sur sa réaction si l’OL n’a pas match perdu.

"Si chaque fois qu'un match est interrompu, on doit le rejouer..."

"C'est une question ouverte, estime le président marseillais. Si c'est le cas, on devra l'accepter. On doit prendre de la hauteur et penser au bien commun, je l'ai dit. C'est une décision qui aura une conséquence pour tous les clubs français, pas seulement pour l'OL et l'OM. Si chaque fois qu'un match est interrompu, on doit le rejouer... Dans le monde du foot européen, la réaction du cœur pour 90 % des gens est de demander match perdu à l'équipe dont les supporters se sont mal comportés. Je ne pense pas que donner le pouvoir à un spectateur d'influer sur le résultat d'un match soit une bonne idée pour l'équité sportive non plus. Est-ce qu'un supporter, individuellement, peut déterminer le résultat d'un groupe de joueurs qui travaille toute une saison pour aller le plus haut possible?"

Le dirigeant milite pour un catalogue des sanctions permettant de de punir certains agissements sans attendre. "Je souhaite simplement avoir un règlement clair dans lequel les sanctions qui s'appliquent sont actées pour chaque type d'incident, explique-t-il. Cela éviterait à tout le monde de se poser des questions à chaque fois. Ça serait cohérent. Ce qui n'est pas responsable, c'est de chercher à préserver chacun nos intérêts individuels alors que c'est un problème collectif."

"Les problèmes dans les stades français font le tour du monde"

Il pousse pour prendre de la hauteur et de ne pas s’arrêter au simple fait de vouloir défendre son club au détriment de l’intérêt collectif. "On doit donc faire front commun, travailler ensemble et donner du pouvoir à la Ligue sur ces questions. L'image du foot français est en danger. (…) Dans toutes les conversations que j'ai pu avoir, les gens se posent des questions sur la France et la Belgique. Les problèmes dans les stades français font le tour du monde."

NC