RMC Sport

Incidents OL-OM: un point de retrait ferme pour Lyon, le match à rejouer

La commission de discipline de la Ligue de football professionnel était réunie ce mercredi pour étudier les sanctions à infliger après les incidents survenus le 21 novembre lors du choc OL-OM. Le match sera rejoué à Lyon. L'OL écope d'un point de retrait ferme au classement.

Les sanctions sont tombées. Deux semaines après l'interruption du match de Ligue 1 entre l'OL et l'OM pour un jet de bouteille en plastique sur Dimitri Payet, la commission de discipline de la Ligue de football professionnel s'est réunie ce mercredi à Paris pour trancher et juger la responsabilité de l'OL, qui a plaidé "un acte isolé".

La Ligue a décidé de faire rejouer cette rencontre au Groupama Stadium, à huis clos, à une date qui reste à déterminer. L'OL écope d'un point de retrait ferme au classement. Lyon a aussi été sanctionné d'un match à huis clos, mais celui-ci a déjà été purgé dans le cadre de la mesure conservatoire contre Reims.

Plus que 22 points pour Lyon

"Le match est donné à rejouer à huis clos au Groupama Stadium, à une date qui sera définie par la commission des compétitions. La volonté de la commission est de rappeler que tout acte de violence à l’encontre d’un acteur du match expose le club responsable à une sanction de perte de points. La commission a également pris en considération les actions du club lyonnais après les incidents. (...) Nous considérons que l’OL est responsable des agissements de ses supporters. Bien évidemment que la décision de ce soir fait ressortir une responsabilité de l’OL", a expliqué Sébastien Deneux, le président de la commission de discipline de la LFP.

Avec cette sanction, Lyon ne compte plus que 22 points, avec un match en moins. L'OL pointe toujours à la 12e position.

>> Incidents OL-OM: les infos en direct

Quelques heures avant l'annonce du délibéré, le début de soirée avait été marqué par la colère de l'OM, qui a dénoncé "une parodie de justice". "Comme vous avez pu le constater, aucun dirigeant de l'OM n'a été invité à s'exprimer devant cette commission de discipline. Nous n'avons reçu aucune convocation. Nous estimons que cette commission de discipline aujourd'hui est illégitime", a déclaré le directeur de la communication du club phocéen Jacques Cardoze devant les journalistes.

La colère de l'OM avant même le délibéré

"Est-ce que vous connaissez une cour de justice dans le monde, civile ou sportive, qui convoque le responsable mais pas la victime, qui donne plus de poids à la parole du responsable qu'à celle de la victime ? C'est une honte pour le football français, nous ne reconnaissons pas cette commission de discipline. (...) Nous nous réservons le droit de ne pas reconnaître la décision qui sera rendue ce soir et de poursuivre, par quelque moyen que ce soit, et devant les tribunaux, la décision qui sera rendue. Il ne peut y avoir une justice pour Jean-Michel Aulas et une justice pour l'OM", a-t-il insisté.

Sébastien Deneux lui a répondu dans la soirée. Avec fermeté : "Je reconnais là à M. Cardoze son sens habituel de la nuance. Je suis assez surpris et sidéré de ce type de comportement. Sur la forme, se présenter au siège de la Ligue pendant les débats participe de manière à peine voilée d’une forme de pression. Sur le fond, c’est totalement erroné. L’absence de convocation de l’OM répond à une logique simple, la commission examinait la responsabilité de l’OL et seulement de l’OL. Le PSG n’était pas convoqué lorsque les incidents d’OM-PSG ont été examinés. L’OM a été sollicité par l’instructeur et a fait valoir un certain nombre de réponses. L’OM a été invité à faire connaître ses observations. La présence de l’OM ce soir n’était absolument pas nécessaire."

Dimitri Payet avait reçu le 21 novembre dernier une bouteille d'eau en pleine tête alors qu'il s'apprêtait à tirer un corner devant le virage occupé par des ultras lyonnais. Le match, interrompu à 0-0 après seulement quatre minutes de jeu, n'avait jamais repris, au terme d'un imbroglio mêlant clubs, arbitre et représentants de l'Etat. Rapidement identifié et interpellé, l'auteur du jet de projectile a été condamné par la justice à six mois de prison avec sursis, en comparution immédiate.

Concernant l'OL, la commission de discipline, réunie en urgence le 22 novembre, avait prononcé dans un premier temps à titre conservatoire un huis clos total du Groupama Stadium, une mesure appliquée la semaine dernière lors de la défaite 2-1 contre Reims.

RR