RMC Sport

L'OL veut regarder le PSG dans les yeux

-

- - -

Trois jours après sa qualification pour les quarts de finale de la Ligue Europa, l’Olympique Lyonnais compte bien réaliser un autre gros coup en faisant tomber le PSG, dimanche soir en clôture de la 30e journée de Ligue 1 (21h). Et ce malgré la fatigue de leur exploit européen et la volonté farouche côté parisien d’effacer au Parc des Princes la terrible débâcle subie en Ligue des champions face au Barça.

Il y aura de l’étincelle dimanche soir, sur la pelouse du Parc des Princes, entre le PSG et l’Olympique Lyonnais. Vous en doutiez ? On suppose que non. Mais au cas où, pour les éventuels irréductibles sceptiques, rappelons que le club de la capitale doit impérativement l’emporter pour tenir la cadence de Monaco, qui aura joué plus tôt dans la journée à Caen. Soit pour rester au contact, soit en cas de contre-performance princière en Normandie, lui ravir la place de leader. Et si possible, laver l’affront subi au Camp Nou, devant ces mêmes spectateurs, échaudés devant leur téléviseur ou en Catalogne, et pas encore remis de ce traumatisme. On rappellera aussi que l’Olympique Lyonnais souhaitera verrouiller au plus vite sa quatrième place (qui sait mettre la pression sur Nice, tenu en échec à Nantes, 1-1) et que les hommes de Bruno Genesio avaient fini par être renversé chez eux par Paris (2-1) à l’aller.

A lire aussi: le débrief de la 30e journée de Ligue 1

Bref, il y aura suffisamment d’enjeux pour faire un grand match. Et il y en a qui est revenu avec insistance dans la bouche des Lyonnais : dimanche, vu l’importance que revêt désormais la défense du titre en Ligue 1 pour Paris, ce ne seront pas eux qui seront sous pression. « Oui, c’est eux qui l’ont, a affirmé sans se démonter Bruno Genesio en conférence de presse. Ils doivent absolument gagner pour rester en course pour le titre. C’est aussi le premier match après leur déconvenue à Barcelone au Parc donc ils auront beaucoup de pression. » Parce que Lyon n’aura pas droit à sa petite montée de mousse ? « C’est vrai que nous, on a tout à gagner dans ce match donc il faudra le prendre comme ça mais on sait aussi qu’une équipe de leur niveau, avec les individualités qu’ils ont, aime aussi jouer des matchs impressionnants. »

« Avec plus de confiance qu’il y a deux mois »

En clair, une victoire lyonnaise relèverait presque de l’exploit, alors qu’un succès parisien ne choquerait personne selon l’exposé de Genesio. Qui a bien l’intention de surfer sur la dynamique actuelle des Gones et leur qualification pour les quarts de finale de la Ligue Europa, arrachée aux dépens de la Roma… avec Nabil Fekir comme titulaire (« il jouera. Ses deux entrées à Rome ont été décisives »), Memphis mais ni Mammana (ménisque) ni Nkoulou (suspendu). « Oui je compte beaucoup sur la dynamique, sur la confiance que ce genre de match doit nous donner et pour compenser peut-être un certain manque de fraicheur physique ou mentale » confirme Genesio. Même son de cloche chez Mathieu Valbuena. « On nous attendait et c’est ça le plus important, martèle l’international français, non retenu pour le prochain rassemblement des Bleus par Didier Deschamps. On l’aborde avec beaucoup d’humilité sachez-le, mais on l’aborde avec beaucoup plus de confiance qu’il y a peut-être deux mois. »

A lire aussi: les tops et flops de Nantes-Nice

Plus confiant l’OL mais pas forcément fanfaron. La raison ? Les chiffres depuis l’arrivée aux commandes de la mécanique parisienne de QSI ne sont pas bons pour les Rhodaniens. Toutes compétitions confondues, à Paris comme à Lyon, l’OL reste sur 9 défaites, pour 3 nuls et 2 victoires. Pis, depuis la saison 2011-12 – date d’arrivée des Qataris donc -, les Gones n’ont jamais battu le PSG au Parc en Ligue 1, ont encaissé 13 buts dans la capitale (contre 2 inscrits) et Lyon a encaissé 13 buts pour 2 marqués ! La dernière victoire lyonnaise en terre parisienne ? Le 28 octobre 2007 (3-2), succès qui avait compté dans l’obtention du dernier titre hexagonal de l’OL. « Encore une fois on s’attend à un match difficile mais on a aussi nous les armes pour les embêter » assure Genesio. Pas fanfaron donc. Mais pas petit bras non plus. Ça promet.