RMC Sport

Laurey: "Quand tu vois qu'il y a plus de 25.000 morts en France, tu te fous de savoir si tu termines 6e, 10e ou 11e"

Thierry Laurey a regretté certaines prises de position après l'arrêt de la Ligue 1. Dixième du classement, l'entraîneur de Strasbourg a rappelé que le football passait au second plan face à une tragédie comme le coronavirus.

Droit dans ses bottes et connu pour son franc-parler, Thierry Laurey a réagi à sa manière à la fin de saison en Ligue 1 suite à l'épidémie de coronavirus.

Encore mathématiquement capable de se mêler à la lutte pour une place européenne, l'entraîneur strasbourgeois a rappelé ce mercredi comment les questions sanitaires restaient prioritaires sur le football, peu importe les enjeux sportifs.

Laurey salue la décision de la LFP

Strasbourg aurait pu se retrouver plus haut dans le classement en cas de victoire face au PSG. Mais le duel, prévu face aux Franciliens à quelques jours du retour contre le Borussia Dortmund en Ligue des champions, a finalement été reporté en raison du coronavirus. Une situation sur laquelle le technicien alsacien refuse de s'appesantir. "Quand tu vois qu'il y a plus de 25.000 morts en France, tu te fous de savoir si tu termines 6e, 10e ou 11e", a même lâché le patron du RCS. Selon lui, la LFP n'a pas eu d'autre choix et a même pris la bonne décision.

"Suffisamment de gens ont dit des conneries pour ne pas en rajouter. J'aurais aimé aller au bout de la saison et la plupart de mes collègues entraîneurs était dans cet état d'esprit, a expliqué Laurey dans un entretien pour les Dernières Nouvelles d'Alsace. Après c'est une décision gouvernementale et il n'y a rien à ajouter. Je pense même que c'est la bonne solution parce que le virus est très vivace."

Laurey: "Savoir tourner sa langue dans sa bouche avant de parler"

Sans vouloir nommer directement ceux dont les propos l'aurait déçu, Thierry Laurey invite les autres acteurs de la Ligue 1 à plus de retenue face à la crise actuelle. Plutôt que de s'écharper en public, il faudrait trouver un compromis et aller de l'avant. Surtout, il faut cesser de prendre la parole alors que la France sort tout juste de 56 jours de confinement à cause du Covid-19.

"Il faudrait que de temps en temps certains, de par leur fonction, prennent un peu de recul, a encore estimé l'entraîneur strasbourgeois. Dans une situation sanitaire aussi dramatique, il faut savoir tourner sa langue une paire de fois dans sa bouche avant de parler."

JGL