RMC Sport

Le CNE tape sur les doigts d’Aulas et Eyraud

Alors que Jean-Michel Aulas (OL) et Jacques-Henri Eyraud s’écharpent par médias interposés, le Conseil national de l'éthique (CNE) leur demande de cesser cette bataille et de mieux se comporter.

Le Conseil national de l'éthique (CNE) "demande instamment" aux présidents de l’OL et l’OM, engagés dans un conflit verbal, de "faire preuve en toutes circonstances de modération", dans un courrier qu'il leur a été envoyé samedi et que s'est procuré l'AFP dimanche. Le CNE "regrette que des propos polémiques, mettant en cause des acteurs et des instances du football français, puissent être tenus publiquement, notamment via les réseaux sociaux et par voie de presse", a-t-il écrit à Jean-Michel Aulas et Jacques-Henri Eyraud.

"Le Conseil national de l'éthique vous demande instamment de vous abstenir de comportements de cette nature et de faire preuve en toutes circonstances de modération. Quant aux débats que vous pourriez souhaiter avoir sur l'organisation et la gouvernance du football, le CNE vous invite à les tenir dans les instances ad hoc", a-t-il poursuivi.

L'instance, rattachée à la Fédération (FFF), "tient à rappeler que le respect constitue une des valeurs cardinales de la Charte d'éthique du football qui s'applique à tous les acteurs et de la Charte des présidents de clubs de la LFP que vous avez signée". La médiatisation de ces présidents "impose une exemplarité encore plus forte du fait des répercussions que (leurs) propos peuvent avoir notamment sur les supporters et chez les plus jeunes".

Boy de la Tour envisage des sanctions "plus sévères"

Les présidents de l'OL et de l'OM sont engagés dans une escalade verbale depuis l'annonce par la commission de discipline de mardi d'une suspension pour trois matchs fermes du défenseur marseillais Adil Rami et du gardien lyonnais Anthony Lopes, à la suite du match OM-OL du 18 mars (2-3). La rivalité qui s'est installée entre les deux clubs depuis quelques années s'est aiguisée en cette fin de saison puisqu'ils sont à la lutte pour une qualification à la Ligue des champions, alors que la Ligue 1 en est ce week-end à sa 35e journée sur 38.

La présidente de la Ligue (LFP), Nathalie Boy de la Tour, a appelé "au calme" samedi soir auprès de l'AFP. "Je ne peux que déplorer l'image négative que de telles discussions peuvent engendrer", a-t-elle déclaré. "Je rappelle qu'il faut faire preuve de dignité, de retenue, d'exemplarité, notamment vis-à-vis de la jeunesse. Il faut raison garder, mais c'est compliqué dans un univers où la tension sportive est très forte". La présidente de la LFP a aussi dit envisager une réflexion à l'intersaison pour rendre "plus sévères" les sanctions.

la rédaction avec l'AFP