RMC Sport

Le Graët a envoyé une lettre au Premier ministre avant l'annonce de jeudi

Noël Le Graët, président de la FFF, a adressé un courrier au Premier ministre Edouard Philippe avant sa prise de parole, jeudi. Il a poussé pour la reprise des entraînements et la programmation des finales de Coupes début août. Tout en adressant un tacle à la LFP.

Beaucoup disent de lui qu'il a profité de la crise pour asseoir son rôle de patron du football français. Et c'est à ce titre que Noël Le Graët, président de la Fédération française de football, a porté la voix du ballon rond dans une lettre de quatre pages adressée au Premier ministre, Edouard Philippe, le 27 mai. Soit la veille de sa prise de parole, jeudi, au cours de laquelle le chef du gouvernement a maintenu l'arrêt de la Ligue 1, tout en autorisant la reprise des entraînements dans des conditions strictes au 2 juin et la réouverture des stades le 22 juin.

Le Graët entendu sur la reprise des entraînements

Pour la reprise des entraînements, Noël Le Graët en avait émis le souhait dans ce courrier que RMC Sport a pu consulter. Le président de la FFF avait demandé "un retour progressif à des entraînements normaux (au plus tard début juillet)", lors de la phase 2 du déconfinement. Il a donc été entendu. Il également insisté sur la question de l'accès aux tests "cruciale pour la reprise des entraînements collectifs". 

Deux points qui en amènent un autre très important aux yeux de Noël Le Graët: le programmation des finales de Coupes de France (PSG-Saint-Etienne) et de la Ligue (PSG-Lyon) "début août". "Il s’agit d’un enjeu majeur pour le football français, tant en termes de ressources qu’en termes de calendrier (possibilités d’accès aux compétitions européennes)", explique-t-il.

La LFP doit être simplifiée 

Il souligne également sa volonté de programmer quatre matchs de l'équipe de France au Stade de France en novembre. Voilà, pour le côté sportif. Pour le côté institutionnel, Le Graët frappe plus fort en épinglant la Ligue de football professionnel et sa gouvernance qui "a montré ses limites", tacle-t-il. "Il apparaît indispensable d’en simplifier l’organisation, lance-t-il. La fusion annoncée des deux syndicats de clubs (Première Ligue et UCPF) est nécessaire. La réforme en gestation du format des organes décisionnels doit amener de la sérénité."

Le président de la FFF salue à plusieurs reprises l'action de l'Etat dans cette crise par le biais du prêt garanti par l'Etat (PGE) ou du chômage partiel mais appelle le gouvernement à poursuivre sa mission d'accompagnement pour la sortie de crise. Il cite d'autres possibilités comme la fiscalité des partenariats, un moratoire sur les frais de police lors des matchs ou la déductibilité des licences sportives. Il annonce également la mise en place prochaine d'un fonds de soutien aux clubs amateurs. Un discours de patron.