RMC Sport

Le PSG fait sauter le verrou nantais et s’envole en tête

Edinson Cavani (PSG)

Edinson Cavani (PSG) - (AFP)

Le PSG compte désormais six points d’avance sur Monaco après sa victoire face à Nantes (4-1), ce samedi, lors de la treizième journée de Ligue 1.

Moins de 24 heures après le nul de Monaco sur la pelouse d’Amiens (1-1), le PSG a fait le job face à Nantes (4-1). L'essentiel est là pour les Parisiens, qui comptent désormais six unités d'avance sur l'équipe de Leonardo Jardim en tête du classement. Mais les joueurs d'Unai Emery, qui avait choisi de se passer de Kylian Mbappé, Julian Draxler et Layvin Kurzawa au coup d'envoi, ont gagné sans vraiment briller face à une équipe nantaise à la solidité défensive éprouvée depuis le début de la saison. Le verrou canari a tenu trente-huit minutes face à la meilleure attaque du pays. Avant de sauter. Mais attention aux apparences!

À lire aussi >> Le film du match

Indispensable Cavani...

Comme souvent cette saison quand son jeu ronronne, le PSG s'en est remis à Edinson Cavani pour faire la différence. Discret jusque-là, comme Neymar et Angel Di Maria, qui constituaient le reste du trident offensif parisien, l'attaquant uruguayen a ouvert la marque et libéré ses coéquipiers au bout d'une première mi-temps sans vie. L'action? Un ballon récupéré par Yuri Berchiche, un décalage de Javier Pastore dans la profondeur et un but de Cavani après un crochet (38e). Son quatorzième en treize journées de Ligue 1. Le quinzième a suivi, en fin de match (79e), après un cafouillage dans la défense nantaise. Personne n'a fait mieux depuis le début de la saison dans les cinq grands championnats.

Nantes y a cru cinq minutes

Menés 2-0 à la mi-temps, après un but de Di Maria sur un centre qui a surpris Abdoulaye Touré et Ciprian Tatarusanu (42e), les joueurs de Claudio Ranieri ont refait surface durant le deuxième acte. Ils ont espéré pendant cinq minutes. Le temps pour Javier Pastore de répondre à Préjuce Nakoulma, qui avait surpris Alphonse Areola et le PSG à la conclusion d'un joli mouvement collectif à l'heure de jeu (60e). Mais l'Argentin a remis les Parisiens dans le sens de la marche, donc, en profitant d'une faute de main assez incompréhensible de Tatarusanu (65e). Le troisième but de Pastore en sept matchs de L1 cette saison a eu un mérite: partant de là, le PSG a joué à son rythme de croisière, face à des Nantais touchés.

À lire aussi >> Neymar (qui n'a pas déménagé) chouchouté par le PSG

Un final en trombe

Les occasions ont rythmé la fin de match, dans le sillage du quatrième et dernier but signé Cavani (79e). Giovani Lo Celso, Draxler (79e) et Christopher Nkunku (85e) sont entrés en jeu dans la foulée, apportant du sang neuf et de nouvelles idées aux Parisiens. Qui ont fini en trombe, manquant de peu de corser l'addition. Mais ni Cavani (85e, 88e), ni Lo Celso ou Neymar (89e) ne sont parvenus à inscrire ce cinquième but à des Nantais démobilisés. Le PSG aura l'occasion de laisser Monaco à neuf points, dimanche prochain, en cas de victoire au stade Louis-II, dans le choc de la quatorzième journée. Avant cela, il y aura la réception du Celtic Glasgow, mercredi soir (20h45), en Ligue des champions. 

À lire aussi >> PSG: déjà une fuite du prochain maillot

VIDEO. Le Vestiaire: le croustillant souvenir de Di Meco sur le terrifiant Mozer

Thomas Broggini