RMC Sport

Le PSG toujours privé des rues de Paris

-

- - AFP

En cas de victoire contre Auxerre, samedi en finale de la Coupe de France, et donc de triplé historique (championnat et les deux coupes nationales), les dirigeants du PSG souhaitaient organiser des festivités dans la capitale. Mais les pouvoirs publics continuent de s’y opposer, deux ans après les incidents du Trocadéro.

Les images d’échauffourées au Trocadéro lors du titre de champion de France décroché en 2013 (le premier depuis 1994) laissaient peu d’espoirs de revivre une célébration du PSG dans les rues de la capitale. Deux ans plus tard, les dirigeants parisiens n’ont pourtant pas renoncé à l’hypothèse. Et quoi de mieux qu’un triplé historique (et même un quadruplé en comptant le Trophée des champions remporté en début de saison) pour retenter le coup ?

En cas de succès contre Auxerre, samedi en finale de la Coupe de France, les triples champions de France souhaitaient fêter ça dans la capitale. Ces derniers jours, les discussions entre la direction de la sécurité du club et les pouvoirs publics se multiplient mais les deux parties ont du mal à s’entendre. Le projet de traversée de Paris sur un bus à impériale a essuyé un refus de la part de la Préfecture de Paris. Et c’est donc au Stade de France, à Saint-Denis, que le PSG pourrait être contraint de fêter ses titres.

La déception d'Al-Khelaïfi

Nasser Al-Khelaïfi est très déçu par cette situation. Le président du PSG voudrait que les supporters partagent ce moment historique avec les joueurs. Il s'implique donc personnellement de ce dossier avec la maire de Paris.

Les images du Real Madrid célébrant ses succès à la Plaza de Cibeles, de Barcelone ou encore de Manchester United le faisant dans les rues de leurs villes font régulièrement le tour du monde. Le PSG ne comprend pas la manière dont il est traité par les autorités. De plus, à un an de l’Euro qui se déroulera en France, des personnalités du football hexagonal s’étonnent que la Préfecture ne se sente pas capable de s’occuper du seul public parisien.

M.Bo. et A.A.