RMC Sport

Ligue 1: aucun changement d'entraîneur à la mi-novembre, une première depuis dix ans

Si la valse des entraîneurs a débuté dans les autres championnats européens (notamment en Premier League), aucun club de Ligue 1 n'a (encore?) remercié son coach, au tiers de la saison 2021-2022. Un petit événement.

Steve Bruce à Newcastle, Nuno Espirito Santo à Tottenham, Dean Smith à Aston Villa, Eusebio Di Francesco au Hellas Vérone, Davide Ballardini au Genoa, Mark van Bommel à Wolfsbourg, Michel à Getafe, Ronald Koeman au Barça... Au tiers de la saison 2021-2022, les grands championnats européens ont déjà assisté à un, deux, et même jusqu'à cinq changements de coachs. Parce que le début d'exercice a été décevant, parce que les clubs ont décidé de prendre une "nouvelle orientation", et aussi parce que les trêves internationales facilitent la valse des techniciens. Mais en Ligue 1, rien.

En ce 11 novembre, après 13 journées disputées, les 20 entraîneurs présents pour l'ouverture du bal le 6 août sont toujours en place. Certains ont chaud, forcément, mais ils s'accrochent. Même Claude Puel, dont un départ de Saint-Etienne (19e) avait été évoqué, a été conforté ces derniers jours dans ses fonctions par le président exécutif Jean-François Soucasse.

En 2011, Eric Roy avait "tenu" jusqu'au 15 novembre

Les dirigeants des clubs français ont-ils gagné en patience? Les problèmes financiers les incitent-ils à la continuité? Les explications sont multiples, mais le constat est le même: voilà dix ans qu'aucun club de Ligue 1 n'avait pas viré son entraîneur à la mi-novembre.

Pour retrouver un tel scénario, il faut en effet remonter à la saison 2011-2012. Après un début d'exercice où les clubs français s'étaient montrés "indulgents" avec les coachs, Nice avait fini par craquer le 15 novembre (après la 13e journée), en remerciant Eric Roy.

Déjà deux changements l'an dernier, et quatre en 2018

A la même date, ces dernières années, deux, trois, voire quatre techniciens avaient déjà été virés dans l'élite. En 2020-2021, Vincent Hognon (Metz) avait quitté ses fonctions le 12 octobre, avant que Stéphane Jobard ne soit limogé par Dijon le 5 novembre. En 2019-2020, Ghislain Printant avait été viré de Saint-Etienne le 4 octobre, Sylvinho de l'OL le 7, et Alain Casanova était parti de Toulouse le 10. En 2018-2019, Bordeaux avait écarté Gustavo Poyet dès... le 17 août. Miguel Cardoso (Nantes), Leonardo Jardim (Monaco) et Antoine Kombouaré (Guingamp) s'en étaient ensuite allés avant la mi-novembre.

Mais le "record" (une fois le championnat démarré) appartient évidemment à Marcelo Bielsa. Le 8 août 2015, l'Argentin avait démissionné de l'OM au soir de la première journée, après une défaite contre Caen (1-0). A jamais le premier.

C.C.