RMC Sport

Ligue 1 : l’équipe-type de la 36e journée

Nicolas Benezet

Nicolas Benezet - AFP

Difficile de faire des choix au cours d’une journée folle et prolifique en buts. Honneur aux Parisiens qui placent quatre des leurs dans l’équipe-type de la 36e journée. Deux Caennais, deux Stéphanois, deux Rémois et un Monégasque se sont glissés dans ce onze.

Rémy Vercoutre (Caen)

Son engagement total a été déterminant face à son ancien club où il a passé onze ans. Rémy Vercoutre a écœuré son ancienne équipe en repoussant toutes les tentatives de Lacazette (16e, 29e), Fekir (71e), Yattara (75e) mais surtout celle de Grenier (32e) qu’il accompagna d’un cri rageur. Parfois critiqué pour des performances en dents de scie depuis son arrivée à Caen, l’ancien gardien de l’OL a signé sa prestation la plus aboutie et marquante. Celle qui a participé à décanter le scénario de la course au titre.

Serge Aurier (PSG)

Il lui a fallu deux minutes pour délivrer sa troisième passe décisive de la saison à Edinson Cavani face à Guingamp. Au cours d’une rencontre que Paris a surclassée, le latéral droit a profité du dézonage de Javier Pastore, qui évoluait en électron libre, pour profiter des nombreux espaces dans son couloir.

Aymen Abdennour (Monaco)

Le roc tunisien a repoussé tous les assauts marseillais jusqu’à un tacle décisif sur Thauvin sur lequel il s’est blessé. Alors que Monaco menait au moment de sa sortie, la défense a sombré en encaissant un but dans la minute suivante puis en craquant une deuxième fois. Ça veut dire beaucoup.

Loïc Perrin (Saint-Etienne)

Absent lors des deux derniers matches pour cause de douleurs après le derby, Loïc Perrin a réalisé son grand retour face à Nice (5-0) et cela s’est ressenti. Le capitaine des Verts a montré le chemin en ouvrant le score d’une superbe tête plongeante, son 1er but depuis le 17 mai 2014 et son doublé face à Ajaccio. « Il nous a assurés des relances propres », a commenté Christophe Galtier, son coach. Quand Perrin est là, tout va bien à Saint-Etienne.

Aïssa Mandi (Reims)

Olivier Guégan l’avait titularisé dans le couloir gauche mais cela n’a pas dérangé Aïssa Mandi, habituel titulaire à droite. Sa reprise de la tête sur le poteau a permis à David Ngog d’égaliser (64e). Il est également à l’origine de l’action qui amène le troisième but de Benjamin Moukandjo (86e). Celui qui permet à Reims de prendre quatre points d’avance sur la zone rouge.

Jérémy Clément (Saint-Etienne)

Cela faisait cinq ans et demi qu’il n’avait plus marqué en L1 ! C’était avec le PSG face à Auxerre, le 28 novembre 2009 lors de la 15e journée du championnat (PSG avait gagné 1-0). Alors Jérémy Clément a mis fin à cette disette d’une reprise du droit, son mauvais pied, pour porter son total à sept buts en 295 matches de L1. Son activité incessante de râtisseur a permis d’éteindre les offensives niçoises. Au plus grand bonheur de Geoffroy-Guichard, qui n’avait donc jamais vécu un but de Clément depuis son arrivée au club en 2011.

Marco Verratti (PSG)

Tous les ballons ou presque sont passés par lui. Au total, Marco Verratti en a touché… 150 face à Guingamp. Et le génial milieu de terrain les a toujours fructifiés. Engagé sur cinq des six buts parisiens, l’Italien a également délivré deux passes décisives à Zlatan Ibrahimovic et Edinson Cavani. Brillant, remarquable, magnifique !

Nicolas Benezet (Caen)

Son prêt en provenance de l’ETG, un concurrent direct, lors du dernier mercato posait quelques questions alors que Mathieu Duhamel, l’une des gâchettes caennaises, faisait le chemin inverse. Nicolas Benezet a justifié le choix des dirigeants normands. Le milieu de terrain a réalisé une première période de très haut-niveau dans la direction et la vitesse du jeu. Une prestation majuscule bonifiée par un doublé juste avant la mi-temps (41e, 44e) qui a scellé le sort du match et du championnat.

Edinson Cavani (PSG)

En une soirée, Edinson Cavani a rappelé quel attaquant complet il était. Il lui a fallu deux minutes pour ouvrir le score face à Guingamp avant d’agrémenter sa soirée parfaite de deux nouvelles réalisations, dont une frappe sous la barre. L’Uruguayen est actuellement en feu et reste sur 8 buts lors des six derniers matches. Il porte ainsi son total à 16, soit le même que la saison dernière. Il a désormais deux journées pour l’améliorer et conclure en beauté une saison au cours de laquelle il a rarement été épargné pour ses ratés en série.

Zlatan Ibrahimovic (PSG)

Le Suédois a un record en tête et il est bien décidé à se l’offrir avant la fin de saison. En signant un doublé face à Guingamp, Zlatan Ibrahimovic a atteint la barre des 106 buts inscrits au PSG et ne pointe plus qu’à trois longueurs du record de Pauleta. Très concerné, l’attaquant parisien a aussi délivré deux passes décisives, dont l’une à Cavani avec qui il a superbement combiné. Le voilà désormais avec 19 buts en 24 matches. Pas mal !

David Ngog (Reims)

Le dernier but de David Ngog remontait au succès déjà très précieux glané à Bastia (1-2) le 18 avril. Son doublé à Evian-Thon-Gaillard (2-3) a une valeur encore plus importante pour le Stade de Reims, qui compte désormais quatre points d’avance sur la zone rouge.